Nouvelle de 18 h > « La Ville doit s’impliquer dans le dossier de la cathédrale »
Nouvelle de 18 h

« La Ville doit s’impliquer dans le dossier de la cathédrale »

La période de questions de Guy Caron
La cathédrale de Rimouski vue depuis l’avenue du même nom. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

La Ville doit prendre une part active dans le dossier de la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski, selon le candidat à la mairie, Guy Caron.

C’est ce qui ressort de la période de questions à laquelle a participé monsieur Caron lors de son point de presse de ce matin. Comme à son habitude depuis le début de la campagne électorale municipale, le journal le soir apporte du contenu additionnel aux engagements et déclarations des candidats en proposant à ses lecteurs les questions et les réponses présentées à la suite d’un point de presse. Ce matin, monsieur Caron a parlé de l’éventuelle sauvegarde d’un bâtiment patrimonial, les Ateliers Saint-Louis, de l’importance du patrimoine bâti et du dossier de la relocalisation de la Coopérative artistique Paradis.

Premier domino

Métal du Golfe_VF

« Puisqu’on parle de patrimoine bâti, ce matin, que pensez-vous du dossier de la cathédrale? », a demandé Marie-Josée Lavoie, de NOUSTV-Cogeco, à monsieur Caron. La cathédral est en décrépitude et fermée depuis sept ans. Notons que l’administration sortante a préféré ne pas s’en mêler, notamment en invoquant le fait que c’est un lieu de culte et que la Ville n’est pas le propriétaire.

« L’un des enjeux dans le dossier de la cathédrale est la procédure en justice qui oppose l’Archevêché à la Fabrique Saint-Germain pour savoir qui peut disposer de la cathédrale. Ce que je propose, c’est que la Ville doit s’impliquer dans ce dossier. Je propose de le faire en offrant mes services comme médiateur, afin de dénouer l’impasse. La cathédrale est un joyau pour Rimouski et il faut la protéger et lui trouver une vocation. Pour ça, il faut pouvoir amener les deux parties à la table et comprendre que le bien commun de Rimouski est en cause. »

« Je vois la cathédrale comme le premier domino d’une série de dossiers majeurs au centre-ville, avec la Place des Anciens combattants et la démolition de la vieille partie de La Grande Place. Ma proposition de faire un quartier de la culture, de rallier ce périmètre sous une entité de quartier de la culture va être essentielle pour établir le consensus nécessaire », a répondu monsieur Caron.

Guy Caron. (Photo: courtoisie)

Pourquoi lui?

« Pourquoi Guy Caron réussirait à sauvegarder les Ateliers Saint-Louis et à relocaliser la Coop Paradis là où plusieurs ont échoué, depuis 15 ans », a questionné Martin Brassard, de Rouge FM/Énergie.

« J’ai un plan, j’ai une vision. Pour la Coop Paradis, il y a des gens qui sont très dévoués. Je les ai rencontrés quand j’étais député fédéral. Eux aussi ont leur plan. Il est présentement étudié par le ministère de la Culture et des Communications. Ce que j’offre, c’est un appui sans équivoque de la Ville à ce projet, pour qu’on s’assure que la nouvelle Coop Paradis va devenir une réalité. Pour ce qui est des Ateliers Saint-Louis, le projet que je propose est d’ajouter de la transparence au dossier pour que les Rimouskoises et les Rimouskois puissent se mettre au diapason. Je veux que les Ateliers puissent être rénovés et pour ce faire, il faut connaître le carnet de santé, qui a bien été réalisé, mais n’a pas été dévoilé. Et par la suite, on saura si on peut les sauver et à quel coût. On saura alors si le jeu en vaut la chandelle. »

Transparence

« Trouvez-vous qu’on manque de transparence dans nos projets, à Rimouski? », a interrogé Katia Laflamme, de TVA Est du Québec.

« Pour n’importe quel projet, c’est vraiment important et la Ville aurait intérêt à être plus transparente. Dans tous les débats que l’on a à Rimouski au sujet des infrastructures ou d’autres projets, comme la résidence pour personnes âgées de Groupe FARI et le projet de garderie dans Nazareth, les citoyens ont besoin de mieux savoir ce qu’il en est pour exprimer leur opinion. Il faut que leur opinion soit entendue et que par la suite, le conseil municipal sache que ces opinions ont été exprimées. Si on n’a pas ça, on n’a pas la confiance des citoyens et des citoyennes et ça ralentit vraiment les activités. Je crois fermement que la Ville devrait, dans des grands projets, encourager le débat public, pour mieux avancer », a répondu Guy Caron.

Société rimouskoise du patrimoine

Le représentant du journal le soir a demandé à monsieur Caron si la Ville ne pouvait pas donner plus de moyens à la Société rimouskoise du patrimoine (SRP), qui possède une excellente expertise, mais n’a pas de ressources financières pour intervenir.

« La SRP intervient régulièrement dans différents dossiers. Sa voix est importante et son expertise également. Lorsqu’on parle d’un dossier comme les Ateliers Saint-Louis, si on rend public le carnet de santé de l’édifice (NDLR : tel qu’il s’est engagé à le faire), la SRP pourra s’exprimer sur ce dossier et le grand public pourra aussi le faire. En ayant de la transparence dans ce genre de dossier, ça va aider les organismes comme la SRP à mieux jouer leur rôle. »

Querelle

La journaliste de la radio CFYX, Marie-Laurence Saint-Pierre, a demandé à Guy Caron de commenter l’appui que lui accorde le conseiller sortant de Saint-Pie-X, Simon Saint-Pierre, et la querelle qui oppose celui-ci à l’autre candidate à la mairie, Virginie Proulx, qui est aussi la conseillère sortante du district Le Bic.

« Je suis en politique municipale parce que je veux rassembler. Ce que j’ai compris de l’intervention de monsieur Saint-Pierre, c’est que c’est extrêmement important pour lui que l’harmonie règne au conseil municipal. Il souhaite que l’on puisse avancer tous dans la même direction. Il veut que l’on puisse travailler conjointement pour le bien des Rimouskoises et des Rimouskois. Je vois son appui dans cette direction-là, en conformité avec la volonté que j’ai exprimée lors du débat de mardi », a réagi monsieur Caron.

Facebook Twitter Reddit