oceanic
Nouvelle de 17 h > 10 ans de retraite, mais toujours très actif!
Nouvelle de 17 h

10 ans de retraite, mais toujours très actif!

L’ex-policier Robert Gagnon fait sa grande part pour les moins chanceux
Robert Gagnon, fidèle à son poste de brigadier scolaire, devant l’école Élisabeth-Turgeon. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

L’ex-policier de la Sûreté municipale de Rimouski et de la Sûreté du Québec, Robert Gagnon, demeure très actif et impliqué bénévolement, 10 ans après avoir pris sa retraite.

Celui qui agit comme brigadier devant l’école Élisabeth-Turgeon, dans le district Saint-Pie-X, est aussi impliqué dans des œuvres humanitaires, notamment avec Opération Nez Rouge et le Club Lions de Rimouski. Ce dernier lance la campagne de ventes d’aliments des Fêtes ces jours-ci, au profit de ses bonnes œuvres. Puisqu’il agissait comme policier communautaire, il a aussi été associé à d’autres bonnes causes. Il a notamment orchestré des campagnes de financement pour aider une jeune femme atteinte de l’Ataxie de Fridreich, Audrey-Ann Bélanger, à se procurer un caisson hyperbare.

« J’entreprends ma 11e année de retraite. J’ai commencé ma carrière à Causapscal. J’ai été embauché en décembre 1973 et je suis allé suivre mon cours à Nicolet en 1974. Le premier juin 1976, j’étais embauché par la Sûreté municipale de Rimouski. En 2002, j’ai intégré la Sûreté du Québec à la suite de la dissolution du corps municipal de Rimouski. J’y suis demeuré de 2002 à 2011 », relate Robert Gagnnon, reconnu pour son cœur grand comme la ville.

Un beau cadeau

Monsieur Gagnon considère qu’on lui a fait un cadeau en le recrutant comme brigadier scolaire il y a sept ans. « C’est un beau cadeau, parce que ça vient en complément au travail de policier, car j’étais déjà impliqué dans les écoles comme policier communautaire. Cela me permet de maintenir le contact avec les enfants. Pour moi, c’est un beau défi. Quand la première personne qu’on voit le matin est un enfant qui nous dit bonjour en souriant, ça ne peut pas être plus agréable. Ça fait ta journée. Généralement, les gens se comportent bien en zone scolaire et sont assez respectueux. Puis, quand ils constatent que le brigadier est un ancien policier, ça fait toujours son petit effet. Il y a encore beaucoup de gens qui me reconnaissent et tant mieux si ça leur fait prendre conscience de l’importance d’être prudent pour les enfants. »

« C’est très important d’avoir la collaboration des automobilistes, car des enfants qui fréquentent le primaire, ça ne reconnaît pas nécessairement le danger. Il y en a des très jeunes, ici, parce qu’il y a aussi du préscolaire. En tant que brigadier, il faut souvent avoir des yeux tout le tour de la tête. Ça bouge beaucoup! », ajoute Robert Gagnon.

De Nez Rouge aux Lions

« Je m’implique avec Nez Rouge depuis longtemps, mais je prends une pause cette année. Je suis membre du Club Lions depuis une vingtaine d’années. Je suis aussi le président du Centre d’action bénévole depuis tout aussi longtemps. Rêves d’Enfants est un autre organisme qui m’est cher et avec lequel je m’implique depuis longtemps. Je participe aussi à la Grande guignolée, entre autres », explique monsieur Gagnon.

Ce dernier recommande aux retraités qui hésitent à le faire de se trouver une bonne cause. « En général, on retire encore plus de satisfaction que les efforts consacrés. Quelqu’un qui ne s’implique pas manque une belle expérience. Mais faire du bénévolat, ce n’est pas donné à tout le monde. Je recommande à ceux qui veulent le faire de le faire pour les bonnes raisons. L’idéal est de s’impliquer dans quelque chose qui nous rejoint. Il y a toujours moyen, avec son bagage, d’aider les autres à partir de sa propre expérience. C’est facile de donner une heure de son temps pour faire bénéficier les autres de son expertise. C’est une grande école, parce qu’on profite aussi des connaissances des autres pour s’enrichir sur le plan humain. »

Manque de relève

C’est d’autant plus vrai, selon monsieur Gagnon, que les retraités vivent de plus en plus vieux et en relativement bonne santé. « Et la relève n’est pas tout à fait là, alors on a besoin de monde. Cependant, au lieu de se faire imposer une tâche, je les invite à bien choisir ce qu’ils peuvent et veulent faire comme bénévolat. C’est comme ça qu’on recrute de bons bénévoles et non pas ceux qui le font sur un coup de tête. Si Rimouski est une ville tranquille, où il n’y a que très peu de criminalité, c’est sans doute parce que notre communauté est bien mobilisée. Alors, j’invite les gens à découvrir tout ce qui se fait à Rimouski. C’est très impressionnant. »

Pour les personnes handicapées visuelles

Ces temps-ci, Robert Gagnon propose à son entourage et aux intéressés sa traditionnelle campagne de Noël pour les œuvres des Lions.

« La campagne des Fêtes du Club Lions est pour la mission principale des Lions qui est l’aide aux personnes handicapées visuelles. On aide parfois des gens qui ont besoin de lunettes en leur versant le montant nécessaire. Une autre œuvre des Lions de Rimouski est la Maison des Lions qui permet d’héberger des organismes communautaires (sur le boulevard Jessop). On y loge d’ailleurs l’Association des personnes handicapées visuelles. Nous proposons des gâteries de Noël : gâteaux aux fruits, noix mélangées et truffles au chocolat. Une station de dons est accessible au magasin Wal-Mart et plusieurs Lions offrent ces produits à la population. Les personnes intéressées peuvent me contacter par courriel », note enfin Robert Gagnon, qu’on peut joindre à robertgagnon5@gmail.com.

Robert Gagnon présente les gâteries de Noël proposées par le Club Lions. (Photo: courtoisie)
Facebook Twitter Reddit