thumbnail_Pub_Journal le soir_Guignolée_Bandeau
Nouvelle de 18 h > Un sondage qui va transformer le centre-ville
Nouvelle de 18 h

Un sondage qui va transformer le centre-ville

De nombreux projets, dont un « dollar Rimouski » et du mobilier urbain
centre-ville
Une partie du centre-ville de Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

La Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette et la Ville de Rimouski viennent de compléter un sondage dont les résultats influenceront l’allure et le dynamisme du centre-ville dans les prochaines années.

Le sondage contenait cinq catégories de questions et vise à connaître quelles sont les priorités et préoccupations des consommateurs au sujet de la relance du centre-ville. On y demandait notamment aux Rimouskois leurs préoccupations sur des sujets comme les heures d’ouverture et la proximité et la gestion des espaces de stationnement.

Deux sujets retiennent cependant davantage l’attention. On évoque la possibilité de se doter d’un mobilier urbain plus élaboré qui viendrait compléter la signature des fameuses chaises Adirondack de Tourisme Rimouski. On songe également à créer une monnaie de fidélisation purement rimouskoise.

Métal du Golfe_VF

Enveloppe

Les responsables d’un comité mixte décideront des orientations à donner à la démarche à l’aide d’une enveloppe de 700 000 $ du gouvernement du Québec. Ce comité est composé d’un représentant de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER), d’un représentant du ministère de l’Économie et de l’Innovation (Denis Lévesque) et d’une représentante du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (Maryse Malenfant).

Le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, explique ici les enjeux du centre-ville, en entrevue au journal  le soir.

Jonathan Laterreur (Photo: courtoisie)

Plus que du vélo

« Les comités comme le nôtre ont été mandatés pour trouver des actions pour favoriser le dynamisme des centres-villes. Dans notre cas, nous sommes en contact avec le Service d’urbanisme de la Ville de Rimouski qui a été mandaté pour superviser cet effort. On nous a démontré lors d’une rencontre les spécifications de ce projet. Les actions concrètes et directes avec les commerçants sont privilégiées. Il faut comprendre que l’objectif est définitivement qu’il y ait de la vie au centre-ville, mais aussi que ça engendre une portée économique. Il y avait plusieurs questions au sondage à peu près toutes sur le même pied d’égalité. Il y a une proposition pour ajouter des espaces pour vélo. J’aime beaucoup la communauté des cyclistes, mais avec une enveloppe de 700 000 $ ça prend des idées un peu plus élaborées », estime monsieur Laterreur.

Plus que de faire la promotion du sondage, la Chambre veut s’impliquer concrètement dans la démarche, selon Jonathan Laterreur. « Ça fait des années qu’on demande à la Ville de nous octroyer le dossier de la relance du centre-ville, mais ça ne se fait pas tout seul. Ça prend des moyens et ça prend des têtes et des bras et ce serait un plaisir de rendre des comptes à la Ville de Rimouski en ce qui a trait à ce budget. Surtout, c’est dans notre ADN de défendre les commerçants, de faire la promotion de l’économie au centre-ville. Ça va de soi, à mon avis. On est content, parce qu’il y a une belle ouverture de la part du nouveau maire. On aura des discussions pour voir où l’action de la Chambre peut s’insérer. »

Gagnant-gagnant

« Nous essayons de prévoir un plan gagnant-gagnant pour tout le monde : les touristes, les visiteurs, les consommateurs de Rimouski, la Chambre de commerce, les commerçants et la Ville. Il faut que tout le monde y trouve son compte », poursuit monsieur Laterreur.

Quant à savoir pourquoi les deux sujets mentionnés ci-haut ont retenu davantage l’attention, monsieur Laterreur indique : « Les chaises Adirondack de Tourisme Rimouski et la grande chaise du 325e anniversaire sont des réussites malgré les critiques. On a rendu le centre-ville plus attrayant, mais je pense qu’on est dus pour autre chose. Le mobilier actuel est acceptable, mais on peut l’améliorer et s’intégrer à l’action dont on parle. Un n’empêche pas l’autre. L’idée d’un système de fidélisation est sur notre planche à dessin de la Chambre depuis deux ans. On y a mis beaucoup d’efforts, de temps et d’argent. On souhaite améliorer le système des certificats-cadeaux en le rendant numérique, afin de faciliter les transactions des commerçants et d’aller plus loin encore. »

Rue Saint-Germain Ouest
Une partie de la rue Saint-Germain Ouest, au centre-ville de Rimouski. (Photo journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Un dollar émis par une institution

« On voudrait que le « dollar rimouskois » soit un « dollar touristique ». Que ce soit un dollar émis par une institution, que ce soit la Chambre de commerce ou la Ville, mais pas d’une entreprise privée. Ce serait un dollar qui favoriserait les échanges commerciaux, mais aussi permettrait d’enrayer les fuites commerciales qui s’élèvent à environ 170 M$. Surtout, si on peut jumeler à la relance du centre-ville l’idée du maire de Rimouski, dévoilée pendant la campagne électorale, de faire du centre-ville le quartier de la culture. Une vision comme celle-là nous permet d’envisager de créer une expérience technologique urbaine qui favoriserait l’utilisation du dollar rimouskois numérique et qui favoriserait la visite des commerces », renchérit le d.g. de la Chambre.

Expérience exceptionnelle

Rimouski serait la seconde ville au Québec à adopter une telle pratique. « Deux éléments nouveaux sont apparus dans l’actualité des derniers jours qui répondent directement à l’intérêt pour des modèles existants concernant notre proposition d’argent numérique local. Charlevoix vient d’annoncer sa monnaie numérique (et papier, similaire à ce que nous offrons déjà) et celui de New York. Nous ne serons donc pas les premiers à proposer cet outil de développement régional, mais en débutant le travail rapidement, nous pourrions être parmi les leaders au Québec. On ne viendra pas bouleverser les systèmes de fidélisation des entreprises, car l’un n’empêchera pas l’autre.»

La firme spécialisée dans la conception d’applications est MIREGO, cette compagnie a d’ailleurs été acquise par Premiertech de Rivière-du Loup : Accueil – Mirego .

« D’autres villes ont réalisé, avec Moment Factory, des expériences de réalité augmentée. Je pense qu’il y aurait moyen d’essayer une expérience hors du commun à l’intérieur du centre-ville, qui ferait en sorte que les gens viendraient de partout pour venir voir cette attraction. Mais il nous faudra pour ce faire un front commun des élus, des institutions et des organismes pour justement faire un marché électronique commun », note monsieur Laterreur.

Terrasses urbaines
Un événement comme les Terrasses Cogeco s’inscrit parfaitement dans la démarche gagnant-gagnant proposée par la Chambre. (Photo: journallesoir.ca, archives)

On ne connaît pas encore les résultats du sondage qui doivent être analysés avant leur diffusion.

Mise en œuvre

Il y a des étapes à franchir avant la mise en œuvre du ou des projets retenus. « Une de ces étapes était de voir avec la population ce qu’elle a envie de faire de son centre-ville avec le sondage. Par la suite, avec les résultats du sondage et des consultations avec les différents organismes, le comité va nous revenir avec des propositions plus concrètes. De là va découler la nomination d’une personne, d’une équipe ou d’un département chargé du projet un échéancier pour la livraison de celui-ci. »

La publication des résultats du sondage est prévue pour le début janvier afin d’appuyer le plan d’action municipal qui doit être déposé à la fin de l’année.

Facebook Twitter Reddit