Général > Chômeuses et chômeurs en détresse
Général

Chômeuses et chômeurs en détresse

Un programme d'aide est accessible dans Rimouski-Neigette
Michel Dubé est intervenu récemment pour aider une jeune femme de 22 ans, une étudiante, qui « devait » 12 000 $ à l’assurance-emploi. (Photo: Unsplash photos)

Pendant que la gestion de la crise retient l’attention chez les députés provinciaux, les députés du Bloc Québécois dont celui de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, tentent de faire bouger Ottawa sur la gestion du programme d’assurance-emploi.

Ils demandent au gouvernement fédéral d’intervenir rapidement pour régler les délais de traitement des demandes d’assurance-emploi. Selon le député, des milliers de travailleurs sont en attente de leurs prestations depuis des semaines, voire des mois, une situation inquiétante pour eux.

« Nous avons interpellé le gouvernement à plusieurs reprises déjà, sans jamais avoir de réponse. Nous voulons connaître l’état exact de la situation ainsi que le plan d’action du gouvernement. Il faut agir de toute urgence », affirme monsieur Blanchette-Joncas.

Partout

« Partout au Québec, les bureaux de députés ainsi que les mouvements de défense des chômeurs sont submergés d’appels de demandeurs d’assurance-emploi. Les nombreux cas de fraude relevés au Québec rendent également la situation plus complexe pour plusieurs », indique un communiqué du Bloc.

« Plusieurs travailleurs et leur famille se retrouvent dans une situation économique précaire en raison de ces délais. Certains d’entre eux n’ont aucun revenu depuis des semaines, voire des mois. C’est complètement inacceptable de laisser les gens dans une telle précarité alors qu’ils ont droit à leurs prestations. On doit venir en aide aux travailleurs qui ont perdu leur emploi et régler ce problème de toute urgence avant que la situation ne s’aggrave », insiste le député Blanchette-Joncas.

Maxime Blanchette-Joncas à la Chambre des communes. (Photo: Service photo de la Chambre des communes-Christian Diotte)

Plus d’efforts

En ce sens, monsieur Blanchette-Joncas initie une nouvelle démarche en collaboration avec Action populaire Rimouski-Neigette, confirme le coordonnateur de cet organisme, Michel Dubé.

« Nous avons développé un volet de défense des droits des chômeurs. On a joint le Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE). Cela nous donne accès à une ligne téléphonique spéciale à laquelle le citoyen ordinaire n’a pas accès. La personne qui a un problème avec l’assurance-emploi nous signe une procuration. Nous faisons alors suivre les informations à ce service exclusif. En 24 heures, un fonctionnaire nous rappelle et on peut dénouer le problème. C’est un peu à la demande de monsieur Blanchette-Joncas que nous avons joint le Mouvement. Nous travaillons en collaboration pour lui donner un coup de main, tellement il y a de la pression. »

Michel Dubé (Photo: archives)

« Nous offrions déjà ce service d’accompagnement en partie, mais nous allons doubler les efforts à la suite d’échanges avec le député fédéral. On a jugé qu’il y a des besoins présentement, ici. Il y a un groupe de défense des chômeurs au Kamouraska et un à Chandler, mais il n’y avait rien entre les deux. On a décidé qu’on allait couvrir l’Est du Bas-Saint-Laurent. Les personnes qui ont besoin d’assistance n’ont qu’à nous appeler au 418 723 6306 », précise Michel Dubé.

Une nouvelle intervenante se joint à l’équipe de monsieur Dubé, Heidi Voghel, pour permettre à celui-ci de mettre plus de temps et d’efforts à l’aide aux chômeurs.

Dette de 12 000 $

Un exemple qui frappe! Michel Dubé raconte qu’il est intervenu récemment pour une jeune femme de 22 ans, une étudiante, qui devait 12 000 $ à l’assurance-emploi. « Je l’ai accompagnée dans ses démarches jusqu’au Tribunal de la Sécurité sociale, où elle a finalement remporté son point et a réussi à ne plus rien devoir à l’A.-E. »

Facebook Twitter Reddit