Actualités > Environnement > L’agriculture durable, ça paye!
Environnement

L’agriculture durable, ça paye!

Le ministre André Lamontagne, entouré du producteur agricole Paul Caplette et du président général de l’Union des producteurs agricoles, Martin Caron. (Photo : courtoisie)

La Financière agricole du Québec (FADQ) se réjouit de l’engouement des producteurs agricoles pour la rétribution des pratiques agroenvironnementales.

En une journée seulement, plus de 1800 entreprises se sont enregistrées pour bénéficier de cet important volet du Plan d’agriculture durable (PAD). L’enthousiasme a été si grand que la totalité du budget pour la première cohorte a déjà été engagée. La période d’inscription pour la saison 2022 est donc maintenant terminée.

ADAUQAR

De l’intérêt à protéger l’environnement

Nul doute que les entreprises agricoles participantes sont fières de s’engager à protéger l’environnement par des actions significatives. Ces entreprises devront appliquer au moins une pratique admissible au cours des trois prochaines années de culture. L’Initiative se terminera le 31 mars 2025 et est administrée par la Financière agricole du Québec.

« À titre de partenaire majeur des entreprises agricoles, La Financière agricole du Québec est heureuse du succès de cette initiative et de l’intérêt des producteurs agricoles à s’engager à mettre en place des pratiques agroenvironnementales. La rapidité des inscriptions démontre qu’il y a une réelle volonté des producteurs à améliorer leurs pratiques, et nous sommes fiers de contribuer à les soutenir dans cette démarche », déclare le président-directeur général de la Financière agricole du Québec, Ernest Desrosiers.

Récompenser les producteurs

Rappelons que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec a développé l’Initiative ministérielle de rétribution des pratiques agroenvironnementales pour reconnaître et récompenser les gains environnementaux importants des entreprises agricoles qui adoptent des pratiques agroenvironnementales qui vont au-delà des exigences réglementaires.

Le Québec est la première province canadienne à proposer une rétribution aux producteurs agricoles qui prennent des mesures favorisant la protection de l’environnement.On parle par exemple de plantations de haies brise-vent, de diminution de l’utilisation des pesticides, d’un changement dans les rotations des cultures favorisant la biodiversité ou de la protection des cours d’eau.

Soutenir les efforts

« Selon les superficies touchées, le producteur recevra un montant d’un minimum de 1500 $ et d’un maximum de 50 000 $ sur trois ans, dont 40 % dans un délai de deux semaines suivant son inscription au programme. Un autre 20 % sera décerné à la fin de chaque année. On veut soutenir les efforts de nos producteurs », explique le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, lors d’une entrevue accordée récemment au Journal Le Soir.

Facebook Twitter Reddit