Nouvelle de 19 h > Retour d’une grande rivalité
Nouvelle de 19 h

Retour d’une grande rivalité

À un moment opportun
Le Colisée financière SunLife devrait vibrer, demain soir. (Photo: Journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Débarrassés de leurs masques anti-COVID, les Rimouskois devraient renouer dans les prochaines heures avec une fièvre qui fait du bien : celle de la rivalité avec Québec, de surcroît dans des conditions idéales.

Les partisans sont attendus en grand nombre au Colisée Financière SunLife, demain et vendredi, pour les troisième et quatrième matches de L’Océanic dans le cadre des séries quarts de finale de la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ). Après avoir causé une grande surprise en éliminant une équipe qui lui était supérieure sur papier, les Seadogs de Saint-John, L’Océanic a retrouvé ses grands rivaux de Québec pour deux matches au domicile des Remparts.

Après une défaite de 4-0 au Centre Vidéotron, dimanche, L’Océanic a renversé la vapeur et triomphé 4-1, lundi, toujours sur la glace des Remparts.

Métal du Golfe_VF
(Photo: Océanic, Iften Redjah)

Fébrile

« Nous sommes au deuxième tour des séries et je crois bien que L’Océanic est le sujet de prédilection d’un peu tout le monde. Il y a bien des facteurs qui nous donnent des raisons de nous réjouir et d’espérer connaître de bons matches à domicile. La fin de l’imposition du masque en est une qui va rendre les choses plus agréables. On joue contre les Remparts, en plus, alors on est fébrile. »

« Ceux qui étaient ici lors du dernier match contre Saint-John vont sûrement influencer les autres, car il y avait une ambiance folle. Eux, en tout cas, n’ont pas envie de manquer ça, j’en suis certain. On avait l’impression d’être 10 000 dans le Colisée, alors j’espère sincèrement qu’on va avoir 4 000 personnes. En plus, on a deux matches au programme en deux jours », lance le président et directeur administratif de l’organisation rimouskoise, Éric Boucher.

L’Océanic surpasse comme souvent les attentes et aura besoin de l’appui de ses partisans pour aller un peu plus loin. (Photo: Océanic, Iften Redjah)

On retrouve un vieux rival sept ans plus tard

Le directeur des ventes et du marketing, Jean-Philippe Bérubé, convie les partisans à une fête d’avant-match, demain. Mine de rien, L’Océanic et les Remparts ne se sont pas rencontrés en séries depuis maintenant sept ans.

« Il y a sept ans, jour pour jour, aujourd’hui, Michael Joly marquait un but en prolongation pour procurer la coupe du Président (championnat des séries) à L’Océanic, face aux Remparts. C’était sur la glace du Colisée et depuis ce temps, nos deux organisations n’ont pas croisé le fer en séries éliminatoires », note monsieur Bérubé.

Brière Père-fils

Pour la petite histoire Océanic-Remparts, les plus vieux se souviendront également que Jean-Philippe Brière, le fils d’une ancienne étoile des Remparts de l’époque de Guy Lafleur, Michel Brière, a évolué pour L’Océanic. Il avait déclaré lors de son repêchage qu’il voulait faire aussi bien que son père, soit remporter la coupe Memorial, ce qu’il réalisa en 2000.

Tanguay Père-fils

Aussi, en 1998, les deux équipes se sont livrées tout un duel alors que deux vedettes québécoises Éric Chouinard et Simon Gagné s’alignaient du côté des Remparts. Tout comme le dur-à-cuire Gordie Dwyer, devenu instructeur-chef des Seadogs, que Rimouski vient justement d’éliminer. Le hasard fait bien les choses, non?

Jacques Tanguay (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

C’était la première fois que Jacques Tanguay, qui avait contribué à la naissance de L’Océanic, se retrouvait dans le camp adverse. Il avait dû traverser la patinoire du Colisée de Rimouski pour féliciter son père, Maurice. Jacques Tanguay et ses partenaires avaient acquis les Harfangs de Beauport pour ressusciter les Remparts.

L’Océanic remporta la série pour se rendre ensuite à la finale de la Ligue contre Val-d’Or avec Vincent Lecavalier et Alexandre Jacques comme joueurs vedette.

Feu Maurice Tanguay (Photo: courtoisie L’Océanic)

Peu importe le cycle

« Les Remparts de Québec sont les gagnants du trophée Jean-Rougeau cette année (championnat de la saison). Ce sont nos rivaux de toujours. C’est Alexandre Tanguay, à Rimouski, contre (son père) Jacques Tanguay, à Québec; ce sont des foules toujours survoltées. Les matches contre les Remparts, ce sont nos meilleures foules, année après année. On dirait que peu importe les cycles de reconstruction où les deux équipes se trouvent une par rapport à l’autre, les matches sont toujours âprement disputés », ajoute le grand manitou du marketing.

Alexandre Tanguay, copropriétaire et gouverneur de L’Océanic. (Photo: courtoisie, L’Océanic)

Un deux de trois en faveur de Rimouski

« Donc, puisque nous avons une égalité de 1-1 (dans la série trois de cinq), pour nous, c’est comme si la série était une série deux de trois où on a l’avantage de la glace. L’engouement se fait sentir à la billetterie, mais peut-être pas autant qu’on voudrait. Notre habitude est de ne jamais être satisfaits, tant que l’édifice n’est pas rempli à pleine capacité. Mais compte tenu des événements, ça va quand même bon train. Il reste encore d’excellents billets disponibles pour les deux parties », note monsieur Bérubé.

Festivités pré-rencontre

Demain et vendredi, il y aura des festivités pré-rencontre au Colisée à compter de 17 h 30. Des prix spéciaux seront offerts sur les hot-dogs et les consommations, pour permettre aux partisans d’échanger et de se mettre dans l’ambiance. Un chansonnier contribuera à celle-ci.

« Sans le port du masque, on se sent de plus en plus près de l’ambiance des grandes années. Si je me fie à l’ambiance qu’on a eue contre Saint-John, j’anticipe que ce sera complètement fou avec plus de 4 000 personnes. Demain, c’est jour de paye, le soleil est de retour et je m’attends à voir beaucoup de monde à nos guichets », prévoit Jean-Philippe Bérubé.

Facebook Twitter Reddit