Nouvelle de 18 h > Coupé sur le chantier du pont
Nouvelle de 18 h

Coupé sur le chantier du pont

Transport Québec se penche sur la question
La camionnette empiète littéralement sur la voie de monsieur Sirois. (Photo: capture d’écran Facebook)

Un automobiliste de Rimouski, Guillaume Sirois, a eu la bonne idée de filmer la circulation sur le chantier du vieux pont de la rivière Rimouski, après avoir été confronté au même problème de circulation à quelques reprises.

Ce même problème semble affecter de nombreux automobilistes.

À 18 h 40, dimanche, monsieur Sirois, aussi bien connu comme président de la Chambre de commercer et de l’industrie Rimouski-Neigette, a filmé son approche du chantier en activant la caméra installée sur son véhicule. On y voit un conducteur de camionnette le dépasser par la gauche à l’approche du chantier. Sur les quatre voies que compte habituellement le pont, il y a toujours trois voies ouvertes, mais la direction de celles qui sont ouvertes varie selon les jours et les heures. Il y a bien deux voies en entrant sur le pont à cette heure, mais le marquage dans la voie Ouest-Est demande un changement de voie très serré et soudain.

Métal du Golfe_VF

Il arrive que le conducteur de la voie de gauche ne change pas sa direction en arrivant aux feux de circulation du Havre Saint-Germain et se retrouve dans la voie de droite, une fois les quatre voies réduites à trois sur le pont. L’auteur de ces lignes a aussi vécu cette mauvaise expérience. Il faut toutefois ajouter que ce ne sont pas tous les conducteurs qui semblent suivre la limite de vitesse du chantier, qui est de 35 km/h.

« Cours de conduite »

Monsieur Sirois nous a interpellés à ce sujet depuis son compte Facebook, en publiant ce qui suit :

« C’est plaisant les travaux sur le pont de Rimouski. Ça nous fait réaliser que nos cours de conduite ne sont pas tous au même endroit dans notre mémoire. J’imagine que je ne suis pas le seul à qui ça arrive. À toutes les fois où je vais au centre-ville et que les deux voies sont en cette direction, au moins un véhicule à gauche coupe sur l’autre voie. Dans l’exemple de la vidéo, j’étais en avant du « pickup », mais je savais qu’il m’aurait coupé, donc j’ai ralenti. Une chance qu’on m’a appris qu’il fallait conduire pour les autres. Si la SQ veut faire de l’argent sur des contraventions, je lui suggère cet emplacement. Et Pierre Michaud, ça pourrait aussi être un bon endroit pour votre prochain article! »

Le commentaire est accompagné de cette vidéo.

En attente d’une réaction

Le Journal Le Soir a soumis la vidéo de monsieur Sirois au service des communications de Transport Québec ce midi. Nous lui avons demandé si le problème avait été rapporté et si des solutions pouvaient être envisagées. Un conseiller en communication, Jean-Philippe Langlais, nous a rappelés à 16 h pour nous dire qu’une réponse suivra, mais pas aujourd’hui. On se penche visiblement sur la question, compte tenu du sérieux de la situation.

(Photo: capture d’écran Facebook-Guillaume Sirois)

Tôt ou tard, un accident

« Les affiches sont bien là pour signaler les travaux et la réduction de la vitesse, mais on dirait qu’il y a encore un enjeu de sensibilisation. Je crois qu’il y aura un accident tôt ou tard si rien ne change. C’est ma grande crainte. Et depuis la publication de la vidéo, plein de gens m’ont dit qu’il leur est arrivé la même chose. Alors, il n’y a pas de doute dans mon esprit qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Je me suis dit que ça valait la peine de montrer ce qui m’est arrivé. Ça arrive trop fréquemment à cet endroit. Il faut trouver une solution pour que les gens respectent la signalisation. J’ai voulu faire réagir pour que les gens comprennent cette réalité. Tant mieux si ça peut faire bouger les choses », remarque monsieur Sirois.

(Photo: capture d’écran Facebook)

Été achalandé

Il serait d’autant plus important de régler le problème en amont, étant donné que l’été s’annonce achalandé à Rimouski avec la relance touristique post-COVID.

« On s’attend à un été animé; on veut toujours laisser une bonne impression à ceux qui nous visitent et on veut éviter qu’ils aient un accident. De plus, ce chantier doit durer trois ans, alors il faudra trouver une solution tandis qu’on est encore en train de l’installer », constate enfin Guillaume Sirois.

Un autre extrait de la vidéo de monsieur Sirois. (Photo: capture d’écran Facebook-Guillaume Sirois)

Reportages sur la circulation

Le Journal poursuivra sa série d’articles sur les problèmes de circulation demain. La rédaction s’intéressera au dossier tant qu’il y aura des problématiques à identifier. Nous remercions les nombreux lecteurs qui nous proposent des sujets et leur demandons de faire preuve de patience. Nous tentons de donner suite à toutes les suggestions.

(Photo: capture d’écran Facebook)

Facebook Twitter Reddit