Actualités > Justice > Dossiers reportés en raison de la grève des avocats de l’aide juridique
Justice

Dossiers reportés en raison de la grève des avocats de l’aide juridique

(Photo: Unsplash photo)

Arrêté le 1er juillet 2021 à Rimouski lors d’une importante perquisition en matière de lutte au trafic de stupéfiants où les policiers ont notamment saisi 16 000 $ en argent canadien, Frédérick Gauvin, 19 ans, de Rimouski, a vu ses dossiers être reportés au 22 août à la même étape puisque son avocate, maître Caroline Bérubé, participait à la grève des avocats de l’aide juridique ce lundi.

Ces avocats demandent la parité salariale avec les procureurs de la Couronne, demande qui a été rejetée par la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel.

Le 30 mai, maître Bérubé avait opté pour un procès précédé d’une enquête préliminaire dont la date devait être fixée ce lundi. Comme le dossier date de presque un an et qu’il est toujours au stade de l’enquête préliminaire pour la forme, le juge de la Cour du Québec, James Rondeau, a ordonné la présence de l’accusé dans la salle d’audience le 22 août, afin de s’assurer que le dossier progresse.

Crime organisé

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) du poste MRC de Rimouski-Neigette, en coordination avec l‘unité des enquêtes sur le crime organisé, ont procédé à l’arrestation d’un individu suite à une perquisition où les policiers accompagnés d’un maître-chien se sont rendus dans une résidence de la rue de L’Abraham-Martin à Rimouski, le 1er juillet 2021.

« Les policiers ont saisi environ 65 grammes de cocaïne, plus de 30 grammes de « wax », environ 80 grammes  de sirop de cannabis, plus de 1 gramme de mdma et près de 16 000 $ en argent canadien », rapportait la SQ, au moment de l’arrestation de l’homme.

Des informations du public

Notons que ce sont des informations reçues du public il y a quelques mois combinés au travail des enquêteurs qui ont permis de mener à bien l’opération policière qui a été effectuée dans le cadre du programme ACCES-Cannabis, qui a pour mission de diminuer l’accessibilité du cannabis illicite sur le marché québécois, notamment chez les jeunes et à diminuer la concurrence déloyale des producteurs et trafiquants illégaux faite à la SQDC.

Suivez les actualités judiciaires sur le Journal Le Soir.

Facebook Twitter Reddit