Nouvelle de 18 h > Une maman dans le pétrin
Nouvelle de 18 h

Une maman dans le pétrin

Séparée de son fils en attendant un logement
Marie-Annick vit séparée de son fils parce qu’elle est incapable de trouver un logement. (Photo: courtoisie)

La situation dans laquelle se trouve présentement une mère de famille de la région reflète bien ce que la crise du logement peut causer comme problèmes sociaux.

Marie-Annick Dorval est une mère de famille monoparentale qui s’est séparée dans des conditions difficiles, en juin, et qui est activement à la recherche d’un logement pour elle et pour pouvoir revoir son enfant autiste. Plusieurs épreuves s’accumulent et ne font qu’enrichir le courage de cette femme qui vient aussi de subir un accident causant une blessure qui la force à l’inactivité pendant un certain temps.

Un enfant autiste a besoin de stabilité dans sa vie. Marie-Annick a donc accepté que son fils demeure temporairement avec son ex-conjoint. La femme tente de se refaire une vie, mais en quittant son conjoint, elle a aussi quitté la résidence commune.

(Photo: courtoisie)

Séparée en juin

Son témoignage nous rappelle que nous avons vu dans notre série de reportages sur la crise du logement à quel stade en sont rendues certaines personnes pour se trouver une place. Elles et ils tentent de convaincre faussement les propriétaires qu’ils sont en détresse afin d’augmenter leurs chances d’avoir un logement. Mais pour Marie-Annick Dorval, c’est bien la réalité.

« Je me suis séparée en juin. Depuis ce temps je couche chez des amis d’un côté et de l’autre, en attendant de trouver quelque chose, mais il n’y a rien dans le secteur dont j’ai besoin (Rimouski-Saint-Fabien). C’est décourageant, car j’ai un petit bonhomme de 11 ans qui est autiste léger », confie-t-elle.

Marie-Annick Dorval et son fils. (Photo: courtoisie)

Repartir

« Veut, veut pas, il me faut un endroit bien à moi pour me remettre sur les rails. J’aurais besoin d’une place entre Rimouski et Saint-Fabien, au moins un quatre pièces et demie. Je suis chanceuse. Le papa de mon fils me donne une chance. Il me dit que je pourrai revoir notre fils normalement quand j’aurai un logement. Avec un enfant, coucher d’un bord et de l’autre, ce n’est pas très bon. Un enfant autiste, ça oblige d’avoir une routine stricte et il faut faire toujours passer ses besoins en priorité. Par exemple, il ne mange pas de tout. Il demande beaucoup plus d’attention et de responsabilité en général. »

« Mais mon Charles-Étienne s’adapte quand même bien. Il a hâte que maman ait son toit. C’est plus important pour le moment qu’il se sente en sécurité. Il peut aussi garder son chat qu’il a vu naître, son minou qui lui fait du bien. J’aimerais que le chat suive, aussi, et ça non plus, ce n’est pas évident », témoigne-t-elle.

Un pied cassé

Pour couronner le tout, Marie-Annick est en arrêt de travail de son poste d’assistante-gérante au dépanneur général de Saint-Eugène. « Je me suis cassé le pied et le commerce est fermé temporairement. Tout arrive pour m’aider, mais le plus important, c’est le moral! », lance-t-elle.

Obsession permanente et coûts inutiles

Marie-Annick l’avoue. La recherche de logement est pratiquement rendue une préoccupation permanente.

« On se sent terriblement impuissant. C’est tellement préoccupant. Je passe mon temps à chercher et à mettre des annonces. On met de l’argent sur l’essence pour aller visiter ou trouver des logements. Il faut chercher, car ils ne sont pas tous affichés. Je ne compte plus l’argent que la recherche m’a coûté à date. Mon ancien propriétaire tente de m’aider même si lui est complet. C’est certain que j’ai besoin d’aide. On se lève en pensant à ça et quand on dort, c’est à ça qu’on rêve », lance-t-elle finalement.

Les personnes qui peuvent aider Marie-Annick à se dénicher un logement convenable sont invitées à lui écrire à l’adresse : loulou931@hotmail.com

Facebook Twitter Reddit