Divertissement > Culture > Coop Paradis : l’option cathédrale écartée
Culture

Coop Paradis : l’option cathédrale écartée

En attendant son déménagement, la Coop Paradis est située sur la rue Michaud. (Photo: Facebook-Coop Paradis)

Le maire de Rimouski, Guy Caron, confirme que la Ville continue d’accompagner et d’appuyer la Coopérative artistique Paradis dans son projet de relocalisation, malgré les délais occasionnés par toutes sortes de contretemps.

Nos collègues de Radio-Canada Bas-Saint-Laurent rapportaient hier que les administrateurs de la Coop Paradis sont à refaire leurs devoirs pour présenter une nouvelle demande d’assistance financière au gouvernement du Québec. Il y a un an, le projet de 25 M$ a été rejeté par le ministère de la Culture parce que jugé trop coûteux. On reconnaît toutefois l’urgence de construire un nouveau bâtiment avec de nouveaux espaces. Le coût serait maintenant de 20 M$.

Espace Alcide C. Horth

« Pour l’instant, le rôle de la Ville au sein du projet et la localisation du projet ne sont pas les préoccupations centrales du dossier pour la demande qui va être faite au ministère de la Culture et des Communications (MCC). Là on se concentre sur la répartition des espaces. Les arrangements techniques, le lieu, ne sont pas les priorités pour l’instant, mais de notre côté on continue les discussions avec la Coop Paradis pour voir les possibilités de collaboration. On regarde pour lui proposer un terrain dans l’Espace Alcide C. Horth (secteur de la 2e rue Est), mais il y a aussi des possibilités au centre-ville. »

Quartier de la culture

« La décision à ce sujet n’a pas besoin d’être prise immédiatement. Il y a une autre possibilité, c’est que ça puisse faire partie du projet de quartier de la culture et ça, c’est une occasion qu’on étudie présentement. La Ville est au rendez-vous pour aider la Coop Paradis, mais la décision sur la destination n’a pas besoin d’être prise maintenant. La priorité, c’est l’application pour une subvention au MCC. Ce qu’on a besoin de spécifier présentement ce sont les usages et les superficies. Ce n’est pas urgent de spécifier l’endroit. Pour l’application (pour une subvention), ça n’a pas d’importance », affirme monsieur Caron.

« La Ville collabore étroitement avec Paradis et généralement, dans le cadre de l’application au MCC, ce que la Ville va pouvoir fournir (par exemple un terrain) va compter dans le volet contribution du milieu. Nous sommes favorables au projet de la Coop Paradis et il est prévu que la Ville puisse contribuer dans le sens d’une contribution par le don d’un terrain. Si la Ville n’appuierait pas ce projet, ce ne serait pas une condition très positive pour permettre la réalisation du projet », ajoute-t-il finalement.

Dans la vidéo ci-dessus, le maire Caron aborde aussi d’autres sujets d’actualité, dont le projet de rénovation des Ateliers Saint-Louis et le droit préemption dans les transactions immobilières.

Cathédrale

Pour ce qui est de ramener le projet de la Coop Paradis au sein de la cathédrale, comme il en a été question il y a six ou sept ans. « Non, ça je peux vous le dire franchement et tout de suite : non, ce n’est absolument pas dans les cartons. La cathédrale va rester la cathédrale et la Coop Paradis va rester la Coop Paradis. »

La cathédrale de Rimouski (Photo: Journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Vocation des espaces

La directrice générale de la Coop Paradis, Karine Vincent, a expliqué sur les ondes de Radio-Canada qu’elle est à la recherche de souplesse dans l’utilisation des espaces reconfigurés.

« On va fusionner davantage les espaces où les membres peuvent travailler ensemble. On est plus dans un esprit de coopération dans l’entièreté du bâtiment. […] Ça se peut qu’on puisse transformer un espace qui sert à des répétitions en espace de travail pour une organisation pendant un festival. Ça se peut aussi qu’on puisse utiliser une salle de spectacle qui devient un espace d’exposition à un moment donné », a-t-elle déclaré.

(Vidéo: Journallesoir, Véronique Bossé)

Facebook Twitter Reddit