Actualités > Politique > Rimouski s’approche du conseil des ministres
Politique

Rimouski s’approche du conseil des ministres

Les indices s’accumulent vers la concrétisation de cette rumeur
Maïté Blanchette Vézina (Photo courtoisie-CAQ)

Le premier ministre du Québec, François Legault, doit former son conseil des ministres demain et il aurait réservé une place à la nouvelle députée de Rimouski, Maïté Blanchette Vézina, au sein de celui-ci.

Les indices s’accumulent vers la concrétisation de cette rumeur. La semaine dernière, le Journal le Soir contactait la nouvelle députée afin de planifier une entrevue dans les minutes qui suivraient son assermentation comme députée, hier.

Après quelques tergiversations, l’entrevue a été reportée à aujourd’hui et celle d’aujourd’hui a finalement été reportée à demain. L’entourage de la députée a parlé d’un vague contretemps de dernière minute. Une consigne du silence viendrait « d’en haut » pour les députées et députés qui risquent d’être nommés ministres, selon nos informations.

Maïté Blanchette Vézina avec François Legault et Isabelle Charest. (Photo: courtoisie)

Le paquet

Pendant la campagne électorale, le « national » a mis le paquet pour conquérir le comté de Rimouski, qui était aux mains du PQ depuis 1994. L’organisation même de la Coalition Avenir Québec avait délégué à Rimouski du personnel politique expérimenté pour aider Maïté Blanchette Vézina à être élue.

Le chef de la CAQ et premier ministre sortant est venu à Rimouski à deux ou trois reprises. François Legault voulait ravir le comté aux péquistes. De plus, deux ténors parmi les ministres sortants, Christian Dubé et Simon Jolin Barrette ont déclaré au Journal Le Soir, à mots couverts, qu’ils souhaitaient voir madame Blanchette Vézina accéder au cabinet.

Un ténor du dernier gouvernement Legault, Simon Jolin Barrette, a indiqué lors de la campagne électorale qu’il souhaite la présence de Maïté Blanchette Vézina dans un éventuel gouvernement caquiste. (Photo: Journallesoir.ca, Pierre Michaud)

« Besoin d’elle »

« Nous avons besoin d’elle à Québec », avait dit monsieur Dubé, quelques jours avant que Simon Jolin Barrette n’ajoute: « On a besoin de Maïté à Québec, dans l’équipe gouvernementale, parce qu’elle est capable de défendre les intérêts des citoyens de Rimouski; d’aller chercher les investissements qui sont nécessaires ici, pour la région. On parle notamment de l’autoroute 20 et de son prolongement jusqu’à Rimouski. »

Une ministre à l’écoute

Invité à faire valoir l’apport que représenterait la nomination d’une ministre pour Rimouski, lundi, le maire, Guy Caron, se fait diplomate :

« C’est la prérogative du premier ministre. Je connais bien madame Blanchette Vézina et je connais bien, aussi, Amélie Dionne (Rivière-du-Loup/Témiscouata). Je ne choisirai pas entre les deux et je ne commenterai pas de façon hypothétique. Je veux seulement exprimer le souhait d’avoir une ministre qui puisse être à l’écoute du Bas-Saint-Laurent. J’en profite pour saluer le travail de (l’ex-ministre responsable du Bas-Saint-Laurent), Caroline Proulx, qui provient de la région de Lanaudière. Je salue son travail et j’espère avoir une ministre aussi réceptive qu’elle l’a été. »

Règne du PQ

En 1976, Rimouski a élu un député du Parti Québécois, Alain Marcoux. De 1985 à 1994, ce fut au tour du libéral Michel Tremblay de représenter la circonscription. À compter de cette année, Solange Charest, Irvin Pelletier et Harold LeBel se sont succédé jusqu’au 3 octobre 2022.

Monsieur LeBel n’a pas tenté de conserver son siège parce qu’il doit se défendre contre des accusations d’agression sexuelle en novembre prochain.

Conseil des ministres paritaire

François Legault a indiqué qu’il voulait former un conseil des ministres paritaire. Maïté Blanchette Vézina serait donc parmi les 10 ou 12 femmes les plus influentes du gouvernement.

Dernier ministre

Pour voir un ou une député.e ministre de Rimouski, il faut remonter à 20 ans.

Madame Charest a été ministre d’État à l’Économie et aux Finances et ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie, du 13 mars 2002 au 29 avril 2003. Elle a été  également Secrétaire d’État à la Recherche, à la Science et à la Technologie du 30 janvier 2002 au 29 avril 2003.

Facebook Twitter Reddit