Actualités > Politique > Prête à relever le défi de sa vie
Politique

Prête à relever le défi de sa vie

La députée-ministre Blanchette Vézina répond à nos questions
Maïté Blanchette Vézina est félicitée par ses collègues ministres, dont Geneviève Guilbault. (Photo: courtoisie)

La vie de la nouvelle députée de Rimouski Maïté Blanchette Vézina vient d’être changée à jamais par sa nomination au conseil des ministres du nouveau gouvernement Legault, mais elle se dit prête à relever son plus grand défi.

Pour changer la routine et permettre une lecture plus claire de ses commentaires à nos lecteurs, nous publions cette entrevue exclusive avec madame Blanchette Vézina sous forme de questions et réponses. Madame Blanchette Vézina a hérité, hier, du nouveau ministère recomposé des Ressources naturelles et des forêts, mais aussi de la responsabilité ministérielle des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Moments uniques

Q-Journal Le Soir : Comment vous êtes-vous sentie en vivant tous ces moments uniques (entrée au parlement, assermentation comme députée, assermentation comme ministre) pour la première fois de votre vie?

R-Maïté Blanchette Vézina : « Ce sont de grandes responsabilités et je suis très heureuse de savoir qu’on va travailler en équipe. C’est un ministère qui est en train d’être reconstitué. Il y a une séparation. La sous-ministre qui est en poste et moi allons nous entendre. Je suis quelqu’un qui aime travailler en équipe. Je suis en train d’ajuster des choses avec les gens en place, pour créer une dynamique et une cohérence. Je suis aussi en train de monter une bonne équipe de comté. Je le dois aux gens de Rimouski car c’est grâce à eux que je suis devenue députée et ministre. Je veux une équipe solide pour eux. Je suis en train de finaliser tout ça à travers les grandes émotions des nominations. Les choses se placent assez rapidement. Je veux qu’on soit efficace et que les citoyens soient bien desservis. »

JLS : Techniquement, comment ça se passe. Qu’aurez-vous comme bureaux et personnel?

MBV : « Au bureau de comté, ce seront trois employés qui s’occuperont des demandes des citoyens. Ma résidence demeure à Rimouski. J’y serai présente. Je tiens à demeurer près des gens malgré les fonctions de ministre. Je privilégie de garder le même bureau de comté de l’ancien député, au même endroit (édifice le Séjour). Nous sommes en négociations avec les propriétaires, mais je suis confiante. Il y a aussi les grands territoires du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie à desservir et je m’assurerai qu’il y ait des gens présents pour le faire. Je compte faire des tournées. Par ailleurs, j’ai aussi reçu le mandat de travailler inclusivement avec les autres élus de la CAQ et avec les autres élus tout court. On a tous à cœur nos régions. Des réponses plus précises vont venir dans les prochains jours. »

Le premier ministre Legault tenait au comté de Rimouski et il semble qu’il tenait aussi à avoir sa députée dans son équipe ministérielle. (Photo: courtoisie)

Qui est-elle?

JLS : On réalise tout juste qu’on ne vous connaît pas nécessairement beaucoup. Pouvez-vous nous parler un peu de votre situation familiale et de vos origines?

MBV : « Je venais de Montmagny quand je me suis installée dans la région. Un de mes grands-pères est de Saint-Anaclet. Il a rencontré ma grand-mère au Sanatorium de Mont-Joli. Ils avaient tous les deux la tuberculose. Ma grand-mère était originaire de Montmagny et ils se sont donc installés là et y ont eu leurs enfants, dont ma mère. Je suis né là également. J’ai étudié à l’Université Laval et c’est là que j’ai rencontré le père de mes enfants qui est de Sainte-Luce. C’est comme ça que je me suis installée à Sainte-Luce, en 2013, mais je suis maintenant avec un autre conjoint. Quand j’ai fondé une famille, j’ai eu un coup de cœur pour la région de Rimouski et pour Sainte-Luce. J’ai deux enfants de six ans et huit ans, Lily et Hector. »

Dossiers

JLS : Vos dossiers prioritaires?

MBV : « Ça reste d’abord les engagements que j’ai pris pour le comté de Rimouski pendant la campagne électorale. Quand je disais que je vais mettre une bonne équipe en place, c’est que je compte faire avancer ces dossiers malgré les responsabilités ministérielles : le logement, le logement d’abord et en premier! Et plein de dossiers que je vais aborder avec le maire de Rimouski, Guy Caron, dans les prochains jours, d’ici la fin du mois, pour qu’on puisse s’arrimer. Je pense aux dossiers de la cathédrale, du quartier de la culture, des problèmes environnementaux. Je suis heureuse de voir que les responsabilités des forêts et des ressources naturelles sont cohérentes avec la réalité de nos régions. C’est très pertinent. Nos forêts, nos ressources sont au cœur de plein d’enjeux. J’ai été interpellée à plusieurs reprises dans la campagne. Avoir cet ancrage dans la région, ça va amener une cohérence dans des actions que je souhaite mener rapidement. »

Maïté Blanchette Vézina signe son serment sous l’oeil attentif du Lieutenant-gouverneur J. Michel Doyon.

JLS : Dites-nous qu’est ce que ça va rapporter à Rimouski, que vous soyez ministre?

MBV : « On se retrouve dans la grande équipe du gouvernement de la CAQ. Je l’ai dit pendant la campagne électorale : c’est d’avoir une voix forte dans le gouvernement en place –pas juste moi, mais tous mes collègues- on travaille beaucoup en équipe à la CAQ. Monsieur Legault l’a dit : nous allons impliquer l’ensemble des députés. Monsieur Legault nous a proposé comme mission d’impliquer les députés et il y croit. Donc, c’est sûr que nous allons le faire. On peut parler tous ensemble, au conseil des ministres, de certains enjeux, mais aussi travailler avec l’ensemble des députés. C’est une voix forte pour notre région et c’est important. Notre réalité sera entendue avec, oui, une ministre, mais avec une députation forte, également. »

Le goût de la politique

JLS : Avez-vous pris goût à la politique lors de votre mandat comme mairesse à Sainte-Luce ou était-ce en vous auparavant?

MBV : « C’est un mélange des deux. La sphère politique m’a toujours intéressée. J’ai étudié en communication et en droit. La législation, les procédures parlementaires m’ont toujours intéressée. J’ai été dans le droit des affaires dans ma vie professionnelle, mais ça m’est toujours resté de dire « j’ai envie de faire avancer notre société; d’utiliser le pouvoir au sens positif pour la chance qu’on a de pouvoir agir. » C’est ce qui m’interpelle. »

Le poids

JLS : Êtes-vous consciente du poids de la responsabilité qui pèse sur vos épaules?

MBV : « J’en suis très consciente. J’aborde le défi avec humilité, car je suis une nouvelle députée et une nouvelle ministre. J’ai l’intention de m’entourer de gens compétents pour m’aider. Je veux rester ancrée dans notre milieu et être présente, parce que je veux être une personne accessible et présente pour les citoyens. Je sais que ce sont de grandes responsabilités, mais je prends le défi avec la volonté de travailler en équipe. Je suis l’ultime responsable, mais je vais partager le travail avec une équipe compétente pour offrir une très belle prestation de services aux citoyens. »

Facebook Twitter Reddit