Carnet d'une gentille sorcière > Carnet d’une gentille sorcière
Carnet d'une gentille sorcière

Carnet d’une gentille sorcière

Carnet d’une gentille sorcière

Cher Journal Le Soir, 

Comme je suis heureuse que mon amie Louise Ringuet, co-propriétaire du Journal Le Soir me propose ici un espace d’écriture et de partage sur le thème de la sorcière. Une belle nouveauté dans ce doux automne qui est maintenant bien installé. Merci pour cette belle invitation.

Laisse-moi d’abord me présenter. Je suis Charline Giffard, aussi connue comme « La Bohème » qui est le nom de mon entreprise, de ma boutique d’arts, artisanat et brocante.

Je suis une artiste-artisane qui travaille le féminin, la mémoire et la guérison en m’inspirant des plantes et de la nature. Je m’implique également dans la communauté, dans des jardins communautaires, parc fruitier et au sein de marchés publics et artisans. On y voit là un important fil conducteur : l’amour et l’autonomie. J’y reviendrai plus loin.

Pourquoi le sujet de sorcière? Suis-je une sorcière? Oui on peut dire que je suis une sorcière, sans prétention, comme plusieurs de mes amies, comme plusieurs femmes, j’ai le goût de dire comme toutes les femmes, de toutes les époques et de toutes les cultures d’ailleurs.

C’est dans notre nature, c’est le principe féminin, c’est en nous : l’intériorité, l’écoute, le magnétisme, l’amour, le rayonnement, l’intuition, la créativité, la force, l’enracinement, l’instinct, le Sacré, la sagesse, la compassion, la profondeur, la douceur, l’harmonie, la beauté, la lenteur, la paix, l’intelligence du cœur, des émotions, la coopération, la sororité…

Pour moi la sorcière est la manifestation du principe féminin. 

Mise à mal dans l’histoire

La sorcière (et la femme) a beaucoup été mise à mal dans l’histoire de l’humanité et encore aujourd’hui dans ce monde. C’était souvent les sages-femmes et les guérisseuses qu’on identifiait comme sorcières et c’est en cela qu’elles faisaient peur à l’Église et à l’État: des femmes indépendantes, sages et qui avaient du pouvoir. Elles ont été beaucoup persécutées.

Ce qui fait que ce côté féminin et sorcière a été comme forcé de s’enfouir très loin à l’intérieur de nous. Mais on sent que nous sommes maintenant dans une période ou la femme veut de plus en plus reprendre son pouvoir et son rayonnement féminin.

On voit qu’elle veut reprendre « Sa » place dans le monde. On voit qu’elle veut transformer ce monde en un monde plus inclusif, équitable, juste et harmonieux. On voit de plus en plus de femmes assumer leurs attributs féminins et leurs qualités de sorcière au grand jour et dans leur intimité. 

Être sorcière ce n’est pas sorcier! Pour ma part, ma sorcière se manifeste de différentes façons : bien sûr à travers ma pratique artistique, mais aussi dans mes implications communautaires, dans mon mode de vie et mes intérêts, mes choix, dans mes relations interpersonnelles et dans la pratique de rituels, dans ma spiritualité. On pourrait dire dans toutes les sphères de ma vie!

J’aime jardiner, me promener dans la nature, cueillir des fleurs, tirer aux cartes, boire des infusions confectionnées par mes amies artisanes, faire de l’écriture intuitive, et faire des petits rituels. Être sorcière, c’est aussi être attentive et à l’écoute. À l’écoute de son intérieur et à l’écoute du monde. Sentir les choses, lire le paysage, les présages… À ce niveau, je suis encore en apprentissage. 

Dans ma pratique artistique et artisane, il y a une certaine magie qui opère et qui rend mes créations sensibles. Il n’est pas rare que des personnes soient émus devant mon travail, sans qu’on ne sache trop pourquoi. Ce sont des objets remplis d’amour. Mais c’est aussi un souci d’autonomie qui me motive.

Autonomie

Quand je parle d’autonomie, je parle d’autonomie par rapport à l’économie mondialisée et au système capitaliste dont nous sommes tous un peu dépendant et qui est néfaste pour la planète, pour la dignité humaine et pour l’économie locale.

En créant des objets utilitaires avec mes mains, souvent à partir de matériaux recyclés, je ravive des gestes ancestraux et je viens offrir une option de consommation plus responsable et respectueuse. Comme un geste de résistance. Dans ma boutique, s’ajoutent les créations d’autres artisans qui travaillent dans ce même sens.

Dans une perspective plus communautaire, le fait de m’impliquer et d’organiser des espaces de rencontre entre les artisans et les gens, les consommateurs, ou de m’impliquer dans le marché public, les jardins communautaires et parc fruitier, ce sont ces mêmes principes d’autonomie matériel et alimentaire qui m’animent, à une échelle un peu plus grande. Voilà pourquoi ces implications me tiennent à cœur.

D’ailleurs, bientôt auront lieu deux événements dans lesquels je m’implique:

  • La Foire aux Sorcières le samedi 29 octobre de 10h à 17h chez Flore et Fleuve, au 22 rue St-Germain Est à Rimouski
  • Noël Artisan les 12 et 13 novembre de 10h à 16h à l’ancienne église de Luceville (la salle Louis-Philippe-Anctil)
Secret de sorcière : À La Foire aux Sorcières il y aura différents ateliers offerts par des artisanes et j’offrirai un atelier de bouquet de fleurs séchées. C’est d’ailleurs encore un bon moment pour cueillir des fleurs dans la nature en vue d’en faire des bouquets, des couronnes ou autres petites merveilles qui ajouteront un peu de chaleur et d’été à la maison durant ces mois d’hiver. Pas besoin d’acheter des fleurs séchées qui viennent de je ne sais quel pays et qui sont teints de couleurs artificielles à gros prix dans les magasins, quand on a la beauté de la nature à notre porté, et ce, tout à fait gratuitement. Fais-toi confiance, explore! 

Dans ce bel espace de « Carnet d’une gentille sorcière » je te partagerai mes visions, mes expériences sur le sujet, et je te présenterai aussi d’autres femmes qui vivent leur côté sorcière à leur façon.

Un beau rendez-vous à me pas manquer!

Facebook Twitter Reddit