Journal Le Soir
Chroniques > Chasse et pêche > Les chasseurs invités à écrire à leur député
Chasse et pêche

Les chasseurs invités à écrire à leur député

Bien prendre connaissance du projet de loi C-21
Les grandes fédérations interpellent Ottawa sur ce projet de loi C-21 et lui demandent de cibler l’objectif principal, celui de la sécurité publique. (Photo Hooké FédéCP)

Les quatre grandes fédérations québécoises des chasseurs et des pêcheurs, des trappeurs gestionnaires, des pourvoiries et des 63 zecs sont solidaires à prendre position sur le projet de loi C-21 sur le contrôle des armes.

Ils font appel aux chasseurs en écrivant maintenant au député de leur circonscription fédérale.

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) invite les intéressés à se rendre sur son site fedecp.com et à bien prendre connaissance du projet de loi C-21. Puis à écrire un courriel au député de sa circonscription à l’aide du texte ci-dessous, à copier et à coller. Et d’adapter l’entête de la lettre au nom du député de sa circonscription fédérale.

La FédéCP sollicite l’intervention des députés fédéraux afin que soient retirés les amendements problématiques dudit projet. Dans le cas contraire, de l’appeler à voter en défaveur du projet de loi C-21.

Préoccupations des chasseurs

Les grandes fédérations interpellent Ottawa sur ce projet de loi C-21 et lui demandent de cibler l’objectif principal, celui de la sécurité publique.

Dans un communiqué conjoint, elles estiment que les amendements que vient d’ajouter le Comité permanent de sécurité publique et nationale soulèvent des préoccupations légitimes des chasseurs et des trappeurs.

« Parce que des armes de chasse seraient potentiellement prohibées si ce projet de loi est accepté tel quel. »

Les quatre fédérations estiment que les amendements au projet de loi C-21 soulèvent des préoccupations légitimes des chasseurs et des trappeurs. (Photo courtoisie)

« Le projet de loi n’est pas clair pour exclure les armes utilisées à la chasse, et aucune liste des armes visées n’a été fournie. Plusieurs milliers de modèles d’armes seraient prohibées. La plupart des catégories mentionnent un modèle d’arme ainsi que ses « variantes ou qui a subi des modifications. La porte demeure ouverte à l’ajout d’armes sur cette liste, sans avoir recours à un processus législatif. D’autres catégories sont mal définies et portent à confusion. C’est le cas des armes pouvant tirer un projectile avec une énergie initiale de plus de 10 000 joules. Des modèles d’armes de chasse à verrou ou à levier s’y retrouvent », selon le même communiqué.

Lettre au député

Voici un exemple de texte à copier et à coller sur l’envoi d’une lettre à son député :

Monsieur le Député, Madame la Députée

En tant que chasseur et résident de votre circonscription, je dois vous transmettre mes inquiétudes par rapport aux plus récents amendements déposés dans le cadre de l’étude du projet de loi C-21 par le Comité permanent de la sécurité publique et nationale.

Je comprends bien l’importance de poser des gestes afin d’assurer la sécurité publique de la population dans un contexte de violence armée dans les grandes villes. Mais les récents amendements déposés s’écartent largement de cet objectif initial en s’attaquant, sans raison valable, à des armes à feu utilisées régulièrement – en toute légalité et de manière sécuritaire – par plusieurs chasseuses et chasseurs au Québec.

Deux amendements problématiques

En effet, l’amendement G-46 propose de modifier la liste des armes prohibées déjà en vigueur pour y ajouter de nombreux modèles qui ne sont pas nécessairement des armes semi-automatiques et qui sont utilisés de manière tout à fait sécuritaire à la chasse.

Deuxièmement, l’amendement G-4 élargit la définition d’une arme à feu prohibée de façon démesurée, par l’introduction de ce passage :

1. g) une arme à feu qui est une carabine ou un fusil de chasse, qui est capable de décharger des munitions à percussion centrale de façon semi-automatique et qui est conçue pour accepter un chargeur de cartouches détachable d’une capacité supérieure à cinq cartouches du type pour lequel l’arme à feu a été initialement conçue.

Je suis inquiet parce que :

· un tel texte de loi qui ne définit pas avec précision les armes visées ouvre la porte à des intégrations rapides et arbitraires de nouveaux modèles d’armes utilisés par les chasseurs, sans que le tout soit soumis à un processus législatif.

· toutes les ressources déployées pour faire respecter une loi qui vise des propriétaires d’armes respectueux des lois ne seront pas utilisées pour assurer véritablement ma sécurité.

Votre soutien

Je sollicite votre intervention afin que soient retirés les amendements problématiques énumérés ci-haut. Dans le cas contraire, je vous appelle à voter en défaveur du projet de loi C-21.

Le projet de loi C-21 doit être recentré sur son objectif premier, la sécurité publique, et non pas devenir l’occasion de s’en prendre aux droits légitimes des chasseurs québécois qui, dans le plus grand respect de la loi, s’adonnent à une activité tout à fait noble et sécuritaire.

Sincères salutations,

Votre nom….

Votre adresse…..

Facebook Twitter Reddit