Actualités > Esprit-Saint: la députée va investiguer
Actualités

Esprit-Saint: la députée va investiguer

Un enfant de 10 ans a agonisé en attendant l'ambulance
Les parents de la victime ont contacté le 911 alors qu’elle était en arrêt cardiorespiratoire. La seule ambulance du secteur étant déjà occupée. (Photo courtoisie Paramédics du Québec)

La députée-ministre de Rimouski, Maïté Blanchette-Vézina, promet d’investiguer sur les circonstances entourant le décès d’un enfant de 10 ans d’Esprit-Saint, survenu lundi dernier. Il n’y avait pas d’ambulance à proximité pour le transporter vers l’hôpital.

En arrêt cardiorespiratoire, les parents ont attendu un véhicule venant de Témiscouata-sur-le-Lac. La seule ambulance couvrant le secteur d’Esprit-Saint se trouvait sur une autre situation d’urgence.

« Des situations comme celles-ci sont inacceptables. Nous allons nous assurer de faire toute la lumière sur ce drame », a indiqué madame Blanchette-Vézina dans une publication sur sa page Facebook.

Quand ils sont finalement arrivés sur place, les paramédics ont effectué des manœuvres de réanimation. Bien qu’ils se soient diriger vers l’Hôpital régional de Rimouski, l’enfant est malheureusement décédé.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) a expliqué à TVA Nouvelles que le secteur n’a pas le volume d’appels suffisant (325 en 2021) pour implanter le déploiement dynamique.

Attristée par l’événement

« Je souhaite offrir mes sincères condoléances à la famille. Aucun parent ne devrait vivre un tel drame. En tant que députée mais également en tant que mère, j’ai été profondément attristée par cette nouvelle. Nous avons demandé un état de situation au CISSS du Bas-St-Laurent pour comprendre ce qui s’est passé », explique Maïté Blanchette-Vézina.

La députée de Rimouski, Maïté Blanchette Vézina (Photo courtoisie-CAQ)

S’il n’est pas encore permis de savoir si la mort de l’enfant aurait pu être évité, plusieurs intervenants dénoncent le fait que le secteur ne soit pas couvert convenablement.

« Christian Dubé (le ministre de la Santé et des Services sociaux) s’est engagé en juin dernier à améliorer tout le système préhospitalier. Notre gouvernement a déjà pris des engagements concrets pour améliorer la couverture partout au Québec et principalement dans les régions. La gestion de la couverture ambulancière et des horaires sur le terrain doit se faire de façon plus décentralisée. C’est pourquoi on donne plus d’autonomie aux CISSS et CIUSSS pour cette gestion. À chaque année, ils ont la responsabilité d’analyser les services sur leur territoire pour demander des bonifications », estime madame Blanchette-Vézina.

Facebook Twitter Reddit