Actualités > Santé > Enfant décédé : le CISSS fait le point
Santé

Enfant décédé : le CISSS fait le point

Les parents de la victime ont contacté le 911 alors qu’elle était en arrêt cardiorespiratoire. La seule ambulance du secteur étant déjà occupée. (Photo courtoisie Paramédics du Québec)

Après le décès d’un enfant de dix ans d’Esprit-Saint, décédé lundi après avoir attendu une ambulance pendant de très longues minutes, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a fait parvenir hier en fin de journée un communiqué pour aborder la situation.

Le CISSS débute par offrir ses condoléances aux personnes affligées par ce deuil, puis rappelle les événements survenus.

« Rappelons que l’enfant a été transporté par ambulance au Centre hospitalier régional de Rimouski à la
suite d’un appel logé aux services d’urgence. Puisque l’équipe du secteur était à ce moment déjà en
affectation, la réponse a été assurée par le premier secteur de relève et s’est effectuée en 38 minutes. Dès
l’arrivée de l’équipe sur les lieux, l’enfant a été pris en charge, puis a été évacué par transport aérien dans
un hôpital de la région de Québec, où il est malheureusement décédé. »

Analyser la couverture

Le CISSS poursuit en déclarant qu’une « analyse spécifique sera effectuée pour s’assurer que la couverture répond au besoin de la population. Si au terme de l’analyse des changements doivent être apportés, ce sera fait. »
« En continuité, chaque année ou lors de modification de quarts de travail de faction en quarts à l’heure, le CISSS du Bas-Saint-Laurent réévalue le déploiement dynamique des différents territoires afin de
déterminer les points d’attente potentiels et apporter des améliorations à la couverture ambulancière de
l’ensemble de la région. »

Les intervenants ne sont pas satisfaits

En attendant d’obtenir les résultats de cette analyse, plusieurs intervenants ont fait savoir cette semaine que le secteur d’Esprit-Saint n’est pas couvert convenablement.

Un article publié plus tôt cette semaine expliquait que les quarts de travail de faction consistent à ce que les ambulanciers attendent les appels chez eux. De plus, le fait que le déploiement dynamique ne soit pas encore instauré dans le secteur d’Esprit-Saint, soit que lorsque sa seule ambulance est occupée, une autre ambulance d’un secteur plus loin vienne couvrir le secteur de façon préventive, est également dénoncé.

Pas assez d’appels ?

Le CISSS avait d’ailleurs expliqué à TVA Nouvelles que le secteur n’aurait pas le volume d’appels suffisant pour implanter le déploiement dynamique.

Dans le communiqué transmis hier, il est indiqué que « Esprit-Saint est une municipalité de 360 habitants située dans la zone ambulancière de Lac-des-Aigles, qui dessert 2 678 habitants sur une superficie de 1 184 kilomètres carrés. Cette zone est couverte par un horaire de faction basé à Squatec, 24 h par jour, 365 jours par année. On y répond à 325 appels par année en moyenne sur toute la zone. »

« En moyenne, 35 transports ambulanciers sont enregistrés annuellement à Esprit-Saint. »

Facebook Twitter Reddit