Actualités > Société > Des étudiants peinent à se nourrir
Société

Des étudiants peinent à se nourrir

On a besoin de plus de Frigos RIKI
De plus de gens ont besoin d’initiatives comme les Frigos RIKI. (Photo: Facebook-Frigos RIKI)

Le contexte économique est si difficile que des étudiants peinent à se nourrir, alors que des intervenants du Cégep de Rimouski ont demandé l’implantation d’un service de type Frigos RIKI dans leurs murs.

C’est ce que constate le coordonnateur d’Action populaire Rimouski-Neigette, Michel Dubé, aussi membre du comité Frigos RIKI. Le Soir a interrogé monsieur Dubé à ce sujet alors que le conseil municipal de Rimouski doit examiner une demande pour l’implantation d’un second Frigo RIKI lors de son assemblée ordinaire de ce lundi 9 janvier.

Les Frigos RIKI sont des installations réfrigérées qui sont accessibles à tous. On demande à la population en général d’y déposer des aliments pour les personnes en situation de pauvreté. On vise également à réduire de manière significative le gaspillage alimentaire.

Réseau

« Nous sommes plusieurs partenaires autour de la table. Nous sommes parvenus à développer un réseau régional. Il y en a un à Rimouski (parc de la Gare l’été, Bibliothèque Lisette-Morin, l’hiver), mais il y en a aussi un maintenant à Saint-Fabien et un à confirmer à Esprit-Saint. À Saint-Fabien, il est bien en fonction. C’est une initiative qui se développe. On a reçu le financement du gouvernement du Québec pour l’achat d’un second et de plusieurs autres frigos. »

Parc Beauséjour

La demande présentée au conseil municipal ce soir vise à installer un frigo au parc Beauséjour, mais deux autres sites sont envisagés, soit le Cégep de Rimouski et l’Institut maritime.

« On en aurait donc quatre à Rimouski, plus Saint-Fabien et Esprit-Saint, qui devraient être en place ce printemps. Le financement provient des Alliances pour la solidarité, un fonds québécois que le gouvernement a déployé dans les régions pour mener des initiatives en matière de lutte à la pauvreté. Mais l’aspect lutte au gaspillage alimentaire nous interpelle également. Il y en a énormément. D’un côté, une partie de la société gaspille des aliments et de l’autre, des gens crèvent de faim. Les frigos RIKI viennent répondre à ces enjeux. »

Énorme pauvreté au Cégep

Souvenons-nous-en : le nombre de personnes en situation de pauvreté dans la MRC Rimouski-Neigette est passé de 6 000 à 8 000 dans la dernière année.

« On invite non seulement les individus, mais aussi les commerçants à déposer des denrées dans nos frigos. Les perspectives économiques de 2023 ne s’annoncent pas meilleures de celles de 2022. Il y a des étudiants du Cégep de Rimouski qui vivent une énorme pauvreté cette année, malheureusement. Ça nous rappelle qu’il n’y a pas que les personnes bénéficiaires de l’Aide sociale qui sont exposées à la pauvreté. On aide, chez Action populaire, des étudiants, des travailleurs à faible revenu, des immigrants, des personnes âgées, pas juste les gens sur l’aide sociale », fait-il remarquer.

Michel Dubé (Photo: archives)

« Ça roule »

« On ne tient pas de registre, mais on fait le nettoyage des frigos tous les deux jours et on sait que « ça roule ». Les denrées ne demeurent pas dans le frigo très longtemps. Les partenaires du comité sont Action populaire et la Sphère, mais aussi le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), les Municipalités d’Esprit-Saint et Saint-Fabien et un comité qui vient d’être formé au Cégep. Tout le monde est regroupé autour du concept de Frigos RIKI. »

Collaboration de la Ville

« L’objectif est d’éviter le gaspillage alimentaire en allant porter des produits dans les Frigos RIKI tout en permettant à des gens d’y avoir accès. Frigos RIKI a été créé en 2019 et je tiens à souligner l’excellente collaboration de la Ville de Rimouski pour l’installation du premier frigo. La Ville n’a pas mis d’argent, mais elle a facilité l’aspect technique de la démarche. On souhaite que ça aille dans le même sens, ce soir », conclut monsieur Dubé.

Facebook Twitter Reddit