Actualités > Économie > Viandes de l’Est propose un produit régional
Économie

Viandes de l’Est propose un produit régional

Photo : La marque Viandes de l’Est a été lancée ce vendredi 24 novembre. (Photo courtoisie Groupe ADEL)

Le Groupe ADEL est fier de lance la toute nouvelle marque de provenance, Viandes de l’Est, qui assure aux consommateurs que les viandes offertes proviennent exclusivement de l’Est-du-Québec et qu’elles répondent aux normes les plus strictes de qualité et d’authenticité.

Le but de Viandes de l’Est est de faire connaître à tous les Québécois les saveurs du terroir inspirées de la forêt et du fleuve et le savoir-faire régional qui font la richesse du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

Métal du Golfe_VF

Cette nouvelle marque est soutenue par une communauté alimentaire passionnée et engagée qui intègre aussi les promoteurs et les acheteurs de tous les horizons.

Depuis son acquisition par le Groupe ADEL, l’Abattoir de Luceville cherchait des moyens d’assurer sa pérennité à long terme.

La copropriétaire et directrice générale du Groupe ADEL, Manon Cambefort, explique qu’il fallait diversifier les activités de l’abattoir pour avoir une entreprise moderne. Le volet de commercialisation des viandes de l’Est-du-Québec s’ajoute aux services d’abattage et de découpes à forfait déjà offerts.

« L’Abattoir de Luceville demeurera un abattoir multiespèces, ce qui fait qu’on retrouvera autant du bœuf, du porc et de l’agneau que du cerf ou du bison sous la marque Viandes de l’Est », affirme-t-elle.

Développement durable

Le développement durable est à la base de la marque de provenance.

« L’achat de viande locale permet de se nourrir de façon écoresponsable en diminuant la distance du transport de la viande du producteur vers notre assiette, ce qui réduit les émissions de gaz à effet de serre. On vouloir promouvoir les viandes de l’Est-du-Québec, dont plusieurs éleveurs sont déjà des clients de l’Abattoir », précise madame Cambefort.

L’achat de produits locaux permet la construction d’une communauté nourricière québécoise plus forte et met en lumière les producteurs de viandes de notre territoire qui ont consacré des générations à l’élevage de bétails de qualité en portant une attention minutieuse à chaque étape de production.

Manon Cambefort, Directrice générale ADEL et Nicolas Légaré, Associé ADEL (Photo courtoisie)

Favoriser l’achat de la viande locale permet d’encourager les producteurs et éleveurs et augmente la flexibilité de ces producteurs dans la commercialisation de leurs viandes auprès des consommateurs.

« Viandes de l’Est permet également de rassembler l’offre en viandes des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie afin de pouvoir desservir des acheteurs de plus grands volumes », poursuit madame Cambefort.

Belle preuve de concertation

Geneviève Scott, stratège marketing bioalimentaire chez Groupe Adel souligne que Viandes de l’Est est une très belle preuve de concertation entre les différents acteurs du secteur bioalimentaire, et particulièrement de la filière viande.

« L’objectif est de pouvoir souder les différents maillons der la chaîne de valeur de la production, de la transformation et de la consommation des viandes du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. La consommation de viande a changé ces dernières années. Les gens en mangent moins, mais ils veulent avoir une meilleure qualité lorsqu’ils en mangent. Avec notre marque de provenance, on assure aux consommateurs que la viande provient de nos deux régions », affirme madame Scott.

Pour sa part, le président du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent et préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis, soutient qu’une que toute la démarche est une excellente nouvelle pour nos producteurs régionaux et pour les consommateurs.

Le préfet de la MRC Les Basques, Bertin Denis (Photo journallesoir.ca- Alexandre D’Astous)

Il salue aussi le travail de diversification du Groupe ADEL qui amorce ce virage vers la commercialisation.

« L’entrée des viandes régionales auprès des institutions, des restaurateurs, des entreprises de transformation est non seulement une bonne nouvelle, mais aussi un pas important pour l’autonomie alimentaire et les ventes de proximité en plus d’apposer une signature sur le savoir-faire bas-laurentien », commente monsieur Denis.

Les ambassadeurs Viandes de l’Est

Bien que cette marque de provenance vienne tout juste de voir le jour, de nombreux ambassadeurs ont rapidement vu la valeur ajoutée de celle-ci.

À titre de producteurs, Jonathan, Maude et Sylvie, des Élevages JMS Inc. de Baie-des-Sables sont fiers de vivre les premiers balbutiements de Viandes de l’Est.

« Vendre une partie de notre production à Viandes de l’Est est un accomplissement pour le développement agroalimentaire de notre région. Prioriser les circuits courts est important pour nous, car nous participons à l’économie d’ici ».

Les restaurateurs souhaitent, sans contredit, que Viandes de l’Est puisse faire sa marque à l’échelle de la province et favoriser le tourisme gourmand autant au Bas-Saint-Laurent qu’en Gaspésie.

Pour David Voyer, propriétaire du Groupe Expérience Resto, « compter sur des produits de viande locale est un incroyable privilège. Comme restaurateur, on souhaite toujours pouvoir soutenir une chaine d’approvisionnement courte et encourager nos producteurs et éleveurs locaux sans faire de compromis sur la qualité du produit.»

(Photo courtoisie Abattoir de Luceville)

Tous les acteurs gravitant autour de Viandes de l’Est s‘entendent pour en faire une marque repère pour les gourmands, les restaurateurs et les institutions à la recherche de viandes de qualité, tout en réunissant les acteurs de la production et de la transformation de viandes de l’Est-du-Québec.

Facebook Twitter Reddit