Chroniques > Chasse et pêche > Chasse de la femelle orignal avec permis dans trois zecs
Chasse et pêche

Chasse de la femelle orignal avec permis dans trois zecs

Un permis spécial serait alloué par tirage au sort en juin

Des chasseurs des trois zecs de la zone 2, soit Bas-Saint-Laurent, Owen et Chapais, pourraient traquer l’orignal sans bois la saison prochaine, même si le Plan de gestion 2024 prévoit une chasse restrictive du mâle.

Un permis spécial, dont le nombre limité est encore inconnu, serait alloué par tirage au sort en juin, selon le président de la ZEC-BSL, de la régionale des zecs de l’Est et du Réseau Zec, Guillaume Ouellet, en entrevue exclusive cette semaine dans le cadre de l’émission « Rendez-Vous Nature ».

Métal du Golfe_VF

« L’an dernier, dans une année de chasse permissive, on se devait de baisser la pression de chasse sur un cheptel en déclin, en protégeant la femelle. On a eu raison, les chiffres de la récolte de l’an dernier ont révélé une stabilité du troupeau d’orignaux de la zone 2. Mais dans une année restrictive en 2024, on ne pouvait pas prendre le risque d’accentuer encore la pression de chasse sur le mâle », estime Guillaume Ouellet.

Or pour 2024, les mêmes 10 territoires fauniques structurés du Bas-Saint-Laurent, en appui avec le bureau régional du ministère de la Faune, une demande pour une chasse contrôlée de la femelle, dans les trois zecs concernées, a été déposée au cabinet du ministre Benoit Charrette.

80 à 90 permis spéciaux

« On se croise les doigts pour que le ministère, qui l’an dernier a accepté de protéger la femelle de la zone 2, accepte notre demande d’une chasse avec permis spéciaux pour récolte la femelle dans les trois zecs ciblées. Une chasse au nombre de permis calculé selon le cheptel. Par exemple, sur la ZEC-BSL, on pourrait parler de 80 à 90 permis spéciaux pour l’orignal sans bois, afin de baisser la pression sur le mâle et garder un ratio mâle-femelle pour assurer la stabilité du troupeau », précise le #1 des zecs de l’Est.

Le président du Réseau Zec, Guillaume Ouellet (Photo journallesoir.ca- Olivier Therriault)

Les gagnants d’un permis spécial pour chasser l’orignal sans bois dans les zecs Bas-Saint-Laurent, Owen et Chapais ne seraient pas tenus de récolter obligatoirement une femelle.

« Pas cette année. Ça serait un tirage au sort sur une base volontaire, sans obligation de prélever le segment sans bois. Compte tenu des délais réglementaires, une mesure obligatoire aurait été impossible à appliquer en 2024 », poursuit Guillaume Ouellet. La mécanique de ce tirage, à l’image des autres permis attribuées comme pour le cerf sans bois, sera assurée par la SÉPAQ.

Pas plus de chasseurs!

Guillaume Ouellet estime qu’en raison de la bonne réputation de la ZEC-BSL pour la chasse de l’orignal, que l’émission de permis spéciaux pour le prélèvement de la femelle en période restrictive, n’entrainera pas un accroissement du nombre de chasseurs.

« Moins d’un pour-cent des participants à ce type de tirage dans d’autres zecs, ne sont pas des membres réguliers de ce territoire. Il ne faut pas avoir peur de ce tirage, au contraire, c’est dans l’intérêt des membres des zecs concernées », soutient-il.

À savoir maintenant si dans la foulée de la préparation du prochain Plan de gestion de l’orignal prévue pour 2026, ce premier tirage au sort de la femelle serait un avant-goût à une règlementation annuelle, comme dans la Zone 1 de la Gaspésie, la question se pose.

Orignal avec et sans bois

« Je ne peux pas faire d’annonce anticipée à la place du ministre, mais dans les territoires structurés comme les zecs, on pourrait y voir une lueur de nouvelle gestion des populations, avec une chasse de l’orignal sans bois et de l’orignal avec bois, dans le futur Plan de gestion 2026 », commente en substance, Guillaume Ouellet.

Lors de cette entrevue à « Rendez-Vous Nature », le président Ouellet se prononce sur la reconduction du programme revisité de « Chasseur Responsable Reconnu » et de l’engagement des zecs dans l’avenir de la forêt.

Facebook Twitter Reddit