24.09.2020
Nouvelle de 19 h EN VIDÉO: du bureau … au studio

EN VIDÉO: du bureau … au studio

Le musicien et producteur Jean Richard, qui vient de lancer son nouveau studio d’enregistrement, a un parcours qui sort de l’ordinaire.

Avec l’apprentissage de la musique et la naissance du Studio de la Baie Hâtée, monsieur Richard connaît une deuxième vie. Cet ex-directeur général d’entreprises n’avait aucune idée de la suite des choses lorsqu’il a pris sa retraite.

Un deuil et des centaines de kilomètres de marche plus loin, après avoir pris le chemin de Compostelle, donc celui de l’introspection, Jean Richard s’est souvenu de son grand amour de la musique rock en général remontant à son adolescence, et de Jimi Hendrix en particulier. Ce fut l’éveil.

« Le 5 juillet 2011, j’ai acheté ma première guitare, une Fender Stratocaster. Celle que je trouvais à mon goût n’était pas une « american classic », mais une « mexicaine », de couleur bourgogne. Je l’ai achetée, je l’ai gardée et je suis content, car je trouve qu’elle sonne parfois mieux qu’une « classic ». La Stratocaster, c’est pour Hendrix. Mes autres héros de jeunesse sont John MacLaughlin, King Crimson et les Doors, notamment », révèle celui dont la musique occupe pratiquement toutes les journées.

Plus enrichissant

Le chemin suivi par Jean Richard en musique, c’est un peu comme Compostelle : il y a des étapes. « J’ai commencé par gratter une guitare. Parce que je jouais, il a fallu que je compose. Puisque je compose, il a fallu que je m’enregistre. Et maintenant, j’ai envie d’enregistrer les autres. Aujourd’hui, j’en suis rendu à me dire que c’est plus enrichissant personnellement d’enregistrer, de « mixer ». »

« C’est rendu que ça me branche encore plus que d’être musicien ! Au lieu d’avoir juste une guitare entre les mains, j’ai tout un système. J’aime mieux maintenant essayer de développer des « stars » que rêver d’en être une moi-même. À 64 ans, mon heure est passée », déclare-t-il en s’amusant.

Et à 60 $ l’heure pour louer le studio, son objectif n’est pas de faire de l’argent, mais de stimuler le développement du talent régional… et d’améliorer ses connaissances.

« La mission première du Studio d’enregistrement de la Baie Hâtée est de favoriser l’émergence d’artistes régionaux, en rendant ses équipements et compétences à leur portée », explique enfin monsieur Richard en ce sens. Consultez notre vidéo un peu plus bas.

Jean Richard ( Photo: courtoisie Sophie Jean )

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×