20.09.2020
Nouvelle de 17 h Je me souviens… du «Rimouski»

Je me souviens… du «Rimouski»

-Et de Joseph Vella

Le Jour du Souvenir, le 11 novembre, c’est un événement annuel qui nous interpelle tous, chacun à notre façon.

En cette veille du Jour du Souvenir, le journal le soir a choisi de rendre hommage à un navigateur et historien amateur de Rimouski, décédé depuis cinq ans, Joseph Vella, et à l’histoire qu’il a contribué à faire renaître, peu avant son décès. Cette histoire, c’est celle méconnue de la corvette Le Rimouski, un bateau de guerre qui a participé à la Seconde guerre mondiale.

En 2012, Joseph Vella racontait cette histoire à l’aide d’une petite exposition qu’on peut toujours voir dans le pavillon d’accueil de l’Onondaga, au Site historique maritime de Pointe-au-Père. Cette histoire avait été déterrée à l’occasion de la finale de la Coupe Memorial à Rimouski, en 2009, où on accueillait le capitaine du navire à une cérémonie tenue en collaboration avec les Forces armées canadiennes. La maquette avait été d’abord fabriquée à cette occasion.

Héros

Le Rimouski et son équipage ont joué les héros en agissant comme démineurs en préparation du Débarquement de Normandie, dont on souligne cette année le 75e anniversaire.

« M. Vella était un homme très gentil, aimable, bien au courant de ce qu’il faisait, comme maquettiste et historien amateur, mais aussi comme un ancien marin. En plus, la famille de monsieur Vella provenait de l’île de Malte, où il s’est aussi passé beaucoup de choses pendant la Seconde guerre mondiale », souligne Claude Cassista, du Club Optimiste de Pointe-au-Père, qui a parrainé l’exposition.

Malte

Malte a été assiégée par les Allemands et défendue notamment par le pilote canadien décoré Georges « Buzz » Beurling, aux commandes d’un Spitfire. Les Allemands ont tenté une attaque par les airs avec des parachutistes, mais les Maltais avaient été prévenus par les services secrets et les Nazis avaient reçu un accueil, disons, approprié.

Mise en valeur

« C’est une histoire fascinante que celle du Rimouski, qui devient un élément de plus de notre patrimoine militaire régional qu’il faut entretenir, et mettre en valeur. Notre patrimoine militaire régional est encore méconnu. Il y a eu le Camp 55 à Rimouski, où on formait les soldats; il y a eu l’école de tir et de bombardement à Mont-Joli, les tours d’observation à Sainte-Flavie, des héros locaux et régionaux, des manèges militaires, etc. Je tiens à souligner les efforts qui sont effectués et qui se sont ajoutés ces dernières années, notamment avec la participation de la Légion royale canadienne à Mont-Joli et du Comité du patrimoine militaire de La Mitis à Sainte-Flavie », explique l’historien Pascal Gagnon.

Parmi ces héros, Jean Brillant ( Première guerre mondiale ), Joseph Keable (Première guerre ) et Paul Triquet ( Seconde guerre ), trois médaillés de la Victoria Cross.

« De magnifique expositions ont été réalisées, mais malheureusement, il y a encore beaucoup de souvenirs matériels et de bâtiments qui sont oubliés ou négligés. Il y aurait de quoi ouvrir un musée », ajoute-t-il.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×