22.09.2020
Actualités La Guignolée pourrait passer le cap des 100 000 $

La Guignolée pourrait passer le cap des 100 000 $

Un don en direct de Chine

La Grande Guignolée des médias 2019 qui s’est déroulée aujourd’hui (jeudi), à Rimouski, pourrait passer à l’histoire.

Puisque les médias d’information et leurs artisans demeurent nombreux à Rimouski malgré les bouleversements des dernières années, cette collecte pour venir en aide aux plus démunis dans la période des Fêtes est une journée de grande effervescence.

« Comme nous avons la chance de voir grandir la générosité des gens chaque année et que nous avons recueilli 98 000 $ en 2018, on peut envisager de franchir le cap des 100 000 $ cette année. J’ai bonne confiance, surtout que j’ai eu l’occasion de jaser avec nos coursiers cueilleurs de dons ce matin et ce midi et qu’on me dit que ça semblait très bien parti, mieux que l’année passée », déclare le directeur général du Centre d’action bénévole de Rimouski, Bernard Poirier, grand chef d’orchestre de cette journée.

Besoins immenses

Malgré son image de ville prospère, Rimouski connaît aussi la misère. Plus de 1 000 personnes ont déposé une demande d’assistance alimentaire auprès du Centre d’action bénévole (CAB). Les demandeurs sont classés à partir de certaines informations fournies par eux-mêmes. Les bons alimentaires, dont les montants varient, sont par la suite redistribués équitablement, en fonction des critères associés à cette évaluation.

Argent retourné en nourriture seulement

« Ce sont des bons d’épicerie et non pas de l’argent comptant qui sont donnés aux familles et personnes dans le besoin. Tout est mis en œuvre en collaboration avec les épiceries participantes pour que l’argent serve bel et bien à acheter des produits alimentaires. Le but c’est de nourrir adéquatement ces gens pour célébrer les Fêtes. Tout est organisé pour ça. La cueillette de l’an dernier a aussi permis de redonner 6 500 livres de denrées alimentaires à Moisson Rimouski-Neigette », précise monsieur Poirier.

Le porte-monnaie volant

Le journal le soir, né il y a un peu plus d’un mois et demi, s’est impliqué activement dans la collecte à sa première année. L’auteur de ces lignes a tenu le fort sur la rue Saint-Germain, face au Musée, en compagnie de Jennyfer Mailloux, Marie-Pier Mercier et Daniel Projean, cet avant-midi. Olivier Hébert, du cabinet Cain Lamarre, était avec nous. Quelle expérience enrichissante… au plan spirituel entre autres.

Il se produit toujours des événements cocasses à travers les efforts conjugués des 250 bénévoles et des milliers de donateurs. Ainsi, une dame passe devant nous et nous offre le contenu de son porte-monnaie genre gousset qui contient une quantité incroyable de pièces de monnaie, sur laquelle nous n’allions certainement pas cracher!

« Je repasse »

Mais le trou de la canne qu’on lui tend n’est pas grand et la tâche s’annonce longue pour y vider toutes les pièces constituant son don. Voyant la file de voiture qui s’accroît derrière elle, elle lance: « Je vous le laisses et je repasse le prendre tantôt! » et vroum, elle repart!  Il aura fallu trois paires de mains pour travailler à bien recueillir le tout pendant quelques minutes et à ramasser les pièces tombées au sol… mais une seule pour remettre le porte-monnaie à la dame qui repassa effectivement vers 11 h 30.

Elle a accepté qu’on dévoile son nom : merci Ginette Boucher.

Un homme d’affaires bien connu nous a laissé 60 $, mais une dame au volant d’une Mercedes a plissé les yeux en forme de grimace, en prenant connaissance de la cause, et nous a boudés, repartant tranquillement, sa fenêtre bien fermée, côté conductrice.

En direct de Chine

À la suite d’une discussion avec le journaliste Harold Michaud, ce matin, Bernard Poirier constate qu’il a publié un statut sur Facebook qui déplore la misère grandissante en mentionnant que la Guignolée se tient à Rimouski aujourd’hui.

« Au bout de l’ordinateur, de l’autre côté de la planète, en Chine, se trouve Anyck Béraud, correspondante de Radio-Canada en Asie, qui nous transfert un don. Elle serait originaire de Rimouski », résume monsieur Poirier.

Le bilan devrait être complété demain.

Marie-Pier Mercier, chroniqueure au journal le soir, a participé de bonne grâce à la Grande Guignolée des médias. (Photo: courtoisie)
Votre humble serviteur, entouré de la conseillère aux ventes du journal le soir, Jennyfer Mailloux et d’Olivier Hébert, du cabinet d’avocats Cain Lamarre. (Photo: journallesoir.ca, Richard Daigle)
Notre chroniqueur Daniel Projean arborait une belle tuque de lutin de circonstance! (Photo: journallesoir.ca, Jennyfer Mailloux)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×