05.12.2020
Gouvernement du Québec
Nouvelle de 17 h Des élus de la région proposent un service permanent

Des élus de la région proposent un service permanent

Liaison aérienne Bas-Saint-Laurent/Côte Nord

Devant le prolongement de la crise de la Société des traversiers du Québec (STQ) pour le lien maritime Matane-Baie-Comeau, des élus du Bas-Saint-Laurent s’adressent au ministre des Transports, François Bonnardel, pour offrir l’établissement d’une liaison aérienne permanente à partir de Mont-Joli.

Depuis un an, les bris et défauts de conception constatés sur le navire F.A. Gauthier ont forcé le recours à des solutions de rechange avec les navires Apollo et Saarema, mais surtout en offrant un lien aérien Bas-Saint-Laurent/Côte Nord par le biais de l’aéroport de Mont-Joli.

Le préfet de la MRC de La Mitis et président de la Régie intermunicipale de l’Aéroport régional de Mont-Joli, Bruno Paradis, explique le bien-fondé de cette démarche. L’aspect saine gestion des deniers publics entre en ligne de compte.

Coute très cher au gouvernement

« Actuellement, quand le traversier ne peut pas fonctionner, les avions nolisés font quatre aller-retours par jour et cela coûte entre 20 000 $ et 60 000 $ par jour, par avion. À court terme, c’était correct mais si on pense à long terme, ce n’est pas l’idéal. Il y a un effet sur les transporteurs qui offraient déjà le service pour aller sur la Côte Nord. Ils sont affectés parce que les gens annulent leur billet pour utiliser le service de la STQ, parce que ça coûte seulement 20 $. Donc, ça coûte très cher au gouvernement et nos transporteurs sont en train de perdre des parts de marché. »

Le meilleur des mondes

« Ce qu’on propose, c’est à notre avis le meilleur des mondes. Au lieu de noliser des avions, on dit à la STQ : regardez ce qui se passe le matin et achetez des places regroupées chez nos transporteurs. Ainsi, le gouvernement va sauver des sous, les citoyens vont continuer de payer moins cher et nos transporteurs vont pouvoir rentabiliser leurs vols », explique monsieur Paradis.

De plus, les affaires sont aussi bonnes pour les commerces environnants. « Nos transporteurs offrent déjà des vols., On viendra solidifier notre industrie aéroportuaire, car leurs avions seront plus occupés. Tout le monde en serait gagnant, d’autant plus que c’est bon pour l’économie régionale en général, notamment pour les commerces. »

Selon TVA, le nombre de passagers à l’Aéroport régional de Mont-Joli est passé d’une moyenne habituelle de 40 000 passagers par an à 60 000, en 2019.

Lettre

Voici la lettre adressée au ministre Bonnardel, hier.

« Monsieur le ministre Bonnardel,

Le président de la régie intermunicipale de l’Aéroport régional de Mont-Joli, Bruno Paradis, appuyé des députés et des entreprises désirent présenter respectueusement une proposition de transport aérien en ce qui concerne la traverse Matane, Baie-Comeau, Sept-Îles et Mont-Joli.  

Suite aux dernières nouvelles concernant la situation des traversiers, nous désirons apporter notre contribution et notre soutien à la Société des traversiers du Québec.

Bien que les moyens en place soient efficaces, il y aura une option préférable pour que ce soit efficient, fiable et permanent.

De plus, nous désirons aussi soumettre les problématiques reliées à la situation actuelle qui affecte plusieurs acteurs du milieu et qui aura des conséquences pour le développement et l’accessibilité de nos régions.

Si vous avez des questions concernant notre proposition en rubrique, nous demeurons disponibles en tout temps.

Veuillez svp accepter nos salutations distinguées. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×