29.09.2020
Nouvelle de 18 h Les marguilliers « sonnent les cloches » des Rimouskois

Les marguilliers « sonnent les cloches » des Rimouskois

« Nous sommes toujours là pour défendre la cathédrale »

Les marguilliers de la paroisse Saint-Germain ont décidé de « secouer les cloches » des Rimouskois pour continuer leur lutte pour la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski.

Au sens figuré comme au sens propre, puisqu’ils ont installé un dispositif permettant de faire sonner les cloches de la cathédrale pour la période des Fêtes.

Les marguilliers de Saint-Germain n’ont pratiquement plus aucun pouvoir en raison de leur conflit avec l’Archevêché sur l’avenir de la cathédrale, mais ils ont fait preuve de débrouillardise. N’ayant pas accès aux commandes du clocher, ils ont installé un magnétophone qui reproduit le bruit des cloches et de la musique de Noël sur des haut-parleurs.

La cathédrale est fermée depuis cinq ans en raison de son état de délabrement. Pendant les Fêtes de cette année, les cloches sonnent quand même à midi et à 18 h, mais on entend aussi de la musique de Noël de midi 06 à 18 h et de 18 h 06 à 21 h.

« Toujours là »

« Nous posons ce geste pour démontrer aux gens les bienfaits d’avoir une cathédrale vivante pendant les Fêtes, à Rimouski; pour souhaiter joyeuses Fêtes aux citoyens mais aussi pour leur démontrer que nous sommes toujours là pour veiller à la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski. On ne peut pas faire chanter de messe, mais au moins on veille au grain », explique un marguillier, Victor Lepage.

Message du président des Évêques

Aussi, le message de Noël du président des Évêques du Canada, Richard Gagnon, Archevêque de Winnipeg, publié notamment Le Relais du Diocèse de Rimouski, a fait sursauter des défenseurs de la cathédrale ces derniers jours.

Ces défenseurs de la première église de Rimouski ont presque vu une provocation dans le message de monseigneur Gagnon portant sur la réconciliation, alors que les administrateurs de la Fabrique Saint-Germain et l’Archevêché de Rimouski sont en conflit sur l’avenir de la cathédrale. Les membres du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski voient un lien entre ce message et ce qu’ils considèrent être un manque de leadership de monseigneur Denis Grondin, archevêque de Rimouski, dans le dossier.

Agents de réconciliation

« Il est rare qu’on s’arrête à considérer le mystère et le trésor qu’est réellement la réconciliation. Or dans le temps de Noël, on arrive presque à toucher du doigt ce qu’est la réconciliation et tout ce qu’elle comporte, car la naissance du Christ nous apporte une lumière nouvelle et la grâce du salut vient stimuler la capacité que nous avons d’être à la fois réconciliés et agents de réconciliation dans notre vie quotidienne », écrivait notamment monseigneur Gagnon dans son message.

« Je n’ai pas trouvé ça très fort de la part de l’Archevêché de transmettre ce message aux Rimouskois, dans le contexte actuel », soutient monsieur Lepage.

 « Je crois qu’il (monseigneur Grondin) a un immense travail à faire sur lui-même pour tenter d’acquérir cette qualité de leadership. Les gestes qu’il a posés et la multitude d’engagements non tenus dans le dossier de la cathédrale sont des preuves éloquentes de son inaptitude à « révéler son visage de joie, de compassion et d’entraide », paroles qu’il prête au Seigneur », écrivait récemment un citoyen, Gilles Lechasseur, dans une lettre ouverte diffusée par un média local.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×