05.12.2020
Nouvelle de 18 h Le dossier de la cathédrale provoque toujours des déchirements

Le dossier de la cathédrale provoque toujours des déchirements

Mauvais augure pour 2020 en ce jour de Noël : la crise entourant la sauvegarde de la cathédrale se répercute de plus en plus dans les relations entre pratiquants de la foi catholique à Rimouski et entre une partie de ceux-ci et l’Archevêché.

D’un côté, il y a ceux qui veulent la poursuite de la pratique dans les églises encore « en santé », et qui ne s’offusquent pas d’une éventuelle désacralisation de la cathédrale; de l’autre, ceux qui veulent voir la cathédrale être restaurée avec le maintien de son statut de lieu de culte.

Pour une sixième fois, la cathédrale était fermée pour les Fêtes, cette année, en raison de son délabrement.

Après le message du président des Évêques du Canada, Richard Gagnon, Archevêque de Winnipeg, c’est celui de l’Archevêque de Rimouski, Denis Grondin, qui a été publié dans le journal du Diocèse, Le Relais, ces derniers jours. Les deux n’ont pas fait l’unanimité. On critique le (manque de?) leadership de monseigneur Grondin dans le dossier de la cathédrale. Or, il en parle.

Leadership à actualiser

« La tournée pastorale de l’automne a voulu nous recentrer sur la priorité de relations saines comme premier témoignage de communautés entraînantes. On parle du leadership relationnel des premiers chrétiens qui faisait l’envie des païens. Ce leadership est toujours à actualiser entre prêtres et laïcs, avec tous nos collaborateurs, entre l’administration et la pastorale, entre générations, avec des partenaires civils, etc. Accueillir, écouter, respecter, s’ouvrir, se réconcilier, fait partie de la marche ensemble avec la grande caravane ecclésiale guidée par l’Étoile », écrit Denis Grondin.

Un cancer

Ces messages ont fait sursauter notamment Jean-Claude Roy, un membre du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski.

« La lecture de ces messages de Noël nous éloigne des enseignements souhaités à la lumière des propos récents du Pape, citant l’hypocrisie dans l’Église, ce véritable cancer qui la ronge, exposant une façade positive mais des « habitudes mauvaises » au-dedans de soi. Comment notre évêque et son entourage entendent-il appliquer ce prêchi-prêcha envers la dignité des bénévoles marguilliers de la Fabrique Saint Germain ? », s’interroge-t-il.

Contribution

« Comment notre évêque, qu’on nous a imposé, entendra-t-il ou verra-t-il autrement les gestes qu’il a posés, sa dénonciation (de marguilliers de Saint-Germain) devant la justice notamment, et sa multitude d’engagements non tenus dans le dossier de la cathédrale? Quelle est la contribution de notre évêque a notre communauté, perçue que sous le sceau de la division, de la controverse et de l’incapacité jusqu’ici? »,

« Le message jadis servi au peuple docile doit remonter au plus haut niveau dans la structure cléricale rimouskoise, ce message cité dans Mathieu 23:28 lui seyant bien par ailleurs : « Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais, au dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.» L’exemple doit provenir d’en haut par des attitudes et actions réelles et crédibles », tranche monsieur Roy.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×