Gouvernement du Québec
05.12.2020
Nouvelle de 18 h La demande est si forte qu'on manque de moniteurs

La demande est si forte qu’on manque de moniteurs

Saison des sports de glisse

Les stations de sports de glisse situées près de Rimouski, le Parc du Mont-Saint-Mathieu, dans Les Basques, et le Parc du Mont-Comi, dans La Mitis, font face à une forte demande en ce qui a trait à l’initiation des skieurs et des planchistes.

À un point tel, au Parc du Mont-Saint-Mathieu, que le directeur général, François April, signale que le nombre de moniteurs disponibles perturbe les capacités de formation : « On est dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre assez important. On le vit de plusieurs façons et l’école de ski n’y échappe pas. Les gens veulent tous leur cours le jour-même, à la même heure et au moment voulu : cela amène beaucoup de pression et on manque de moniteurs et de disponibilités. »

Il y a autant de demande pour l’initiation aux sports de glisse qu’il y qu’il y a de croissance de la clientèle, au Parc du Mont-Saint-Mathieu, où l’augmentation de la clientèle pour les cartes d’abonnement est estimée à 6 % cette saison.

Les skieurs d’expérience peuvent poser leur candidature et sont formés sur place pour devenir moniteurs. (Photo: courtoisie, Parc du Mont-Saint-Mathieu-Nicolas Gagnon)

« Nous nous attendons à avoir encore plus de demande pour les mois de janvier et de février mais ces jours-ci, quand il fait beau, il arrive qu’on éprouve des difficultés. Nous pouvons former nous-même nos moniteurs, car nous avons des formateurs certifiés de niveau IV. Nous sommes d’ailleurs dans une période de formation de moniteurs et nous en ajouterons cinq, cette année. Nous aurons plus d’une trentaine de moniteurs disponibles. Les skieurs d’expérience peuvent nous contacter. D’ailleurs, une de nos forces, c’est l’expérience. L’expérience en skis ou en planche mais surtout l’expérience dans les relations humaines », explique encore monsieur April.

Parc du Mont-Comi

Au Parc du Mont-Comi, on se distingue en offrant de l’initiation et du perfectionnement pour quatre types de sports de glisse : ski alpin, planche-à-neige, télémark et ski hors-piste avec peaux d’ascension. Il y a 35 moniteurs.

« Chez-nous, nous avons une petite augmentation de la demande. Ça se maintient. Cette année, nous avons commencé la saison plus tôt et ça va super bien. On devrait avoir une meilleure idée de l’allure de notre saison dans les prochaines semaines. Il y a beaucoup de cours privés ici, mais il y a aussi des cours d’initiation en semi-groupes avec le milieu de l’éducation, qui sont offerts avec équipements, billet de remontée et moniteur pour une heure », précise le directeur, Richard Lépine.

Planchistes plus téméraires

« Il y a aussi des gens qui veulent rafraîchir leurs connaissances ou se perfectionner. Il y en a pour tous les goûts. Le ski alpin demeure le plus en demande, malgré la variété des nouveaux sports d’hiver, suivi de la planche-à-neige. En « planche », on constate que les gens ne suivent pas de cours de perfectionnement. Ils s’initient et quand ils sont initiés, ils volent de leurs propres ailes. On dirait que pour un planchiste, quand tu te tiens debout, bien, tu sais en faire! Ils sont peut-être plus téméraires, tandis qu’on voit plus de skieurs alpins vouloir s’améliorer », constate monsieur Lépine.

Les périodes des Fêtes et de la Relâche comptent chacune pour 25 % à 30 % des revenus des stations de sports de glisse.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×