01.04.2020
Nouvelle de 19 h 2020 exauce les motoneigistes

2020 exauce les motoneigistes

Les principaux sentiers sur le point d’être accessibles

Les quelque 15 cm de neige arrivés avec le dernier jour de 2019 et le premier jour de 2020 vont permettre aux clubs de motoneige de tracer et de baliser les principaux sentiers d’ici la fin de semaine.

Voilà de bonnes nouvelles après un début de saison qui a traîné de la patte, alors que pas plus tard qu’en fin de semaine dernière, seulement 20 % des sentiers de la route provinciale étaient ouverts. Il fallait aller au Saguenay-Lac-Saint-Jean ou en Abitibi pour trouver des conditions de pratique de la motoneige acceptables. Sinon, il fallait se rabattre sur les sentiers hors-pistes, moins sécuritaires.

Au travail

Au Bas-Saint-Laurent Gaspésie, les principaux sentiers balisés et entretenus par des clubs de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ), soit la Trans-Québec numéro 5, la numéro 35 qui se termine à Rimouski et la numéro 85, de Rivière-du-Loup au Nouveau-Brunswick, n’étaient pas ouverts.

Ils devraient l’être d’ici samedi, selon le vice-président de la FCMQ et administrateurs pour le Bas-Saint-Laurent, Denis Langevin :

« Nos clubs doivent se mettre au travail dans les secteurs, notamment, de Mont-Joli, de Rivière-du-Loup et de Rimouski demain (jeudi), pour le surfaçage des sentiers. Je prévois que ce sera ouvert pour la fin de semaine. Il faudra surveiller les cartes de la Fédération, car certaines portions pourraient ne pas avoir encore assez de neige pour être accessibles. Un autre total de 15 cm de neige serait le bienvenu à certains endroits. »

Les motoneigistes vont profiter de conditions à la hauteur de leurs attentes dans les prochains jours. (Photo: courtoisie, FCMQ)

Plans d’eau

« Il faudra quand même être prudent dans les déplacements. Les plans d’eau sont à faire attention, en tout temps, et maintenant encore davantage car il ne fait pas très froid. Demeurez dans les sentiers, car même si on voit du blanc, souvent, on ne connaît pas l’épaisseur en dessous de la neige. Ce peut être extrêmement dangereux, surtout en début de saison. Il faut demeurer dans les sentiers balisés par les clubs », tranche monsieur Langevin.

« Parfois, sur le bord du fleuve, il y a un peu moins de neige que dans les hauts pays, où les conditions sont meilleures », poursuit-il, enfin.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×