25.10.2020
Général Bagarres et calendrier : statu quo dans la LHJMQ

Bagarres et calendrier : statu quo dans la LHJMQ

Les Gouverneurs demeurent divisés sur l'abolition des combats

Réunis en assemblée jeudi après-midi à Dorval, les Gouverneurs de la LHJMQ n’ont pas été en mesure de s’entendre sur un projet d’abolition des bagarres.

De fait, il n’y a pas eu de vote, les propriétaires d’équipes ne se disant pas prêts à procéder. Les discussions ont été nombreuses, sans aboutir cependant. Le sujet sera remis à l’ordre du jour de l’assemblée au mois d’août. 

Pour modifier le règlement en vigueur, il faut un minimum de 12 équipes sur 18, soit les deux tiers des voix. Chez l’Océanic, Alexandre Tanguay et son homme de hockey Serge Beausoleil ont affiché publiquement leur position en faveur de l’abolition.

D’autre part, le calendrier sera maintenu à 68 matchs la saison prochaine. Il semblait pourtant y avoir une certaine volonté de le ramener à 64 dans un objectif de favoriser les études des joueurs comme le recommandait le comité hockey du circuit. Et aussi, pour permettre de meilleurs et plus fréquents entrainements.

Il aura tout de même un changement dans le calendrier : le début de saison sera avancé d’une semaine comme c’était le cas il y a quelques années. Avec comme conséquence fâcheuse qu’il y aura encore plusieurs dizaines de joueurs de la ligue dans des camps professionnels quand la saison s’amorcera.

Enfin, tant qu’à faire du surplace, les propriétaires ont repoussé par en avant le dossier des joueurs récalcitrants se limitant à former un comité chargé d’étudier des pistes de solution visant à gérer ces joueurs qui menacent d’aller vers le hockey scolaire aux États-Unis et refusent du même coup de se présenter au repêchage de la LHJMQ. 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×