30.10.2020
Actualités Économie Encore 24% d’écart $ entre les hommes et les femmes

Encore 24% d’écart $ entre les hommes et les femmes

Un écart de rémunération important persiste entre les hommes et les femmes, au pays, selon un nouveau sondage effectué par la firme de recherche Léger pour le compte de la compagnie de gestion de ressources humaines ADP Canada.

Les résultats démontrent que les femmes gagnent toujours un salaire inférieur à celui des hommes. D’après les données fournies par les participants, l’étude a en effet révélé que les femmes gagnaient un salaire moyen, avant impôt, de 51 352 $ en 2019, tandis que les hommes déclaraient un salaire de 67 704 $ – soit un écart de 24 %.

Bonis

En ce qui a trait à la rémunération supplémentaire (primes, participation aux bénéfices), les hommes ont déclaré recevoir plus du double du montant touché par les femmes. En 2019, les hommes ont reçu en moyenne 7 646 $ en rémunération supplémentaire, contre 3 250 $ pour les femmes.

En comparant avec les sommes moyennes de 2018, cela correspond à une hausse de 25 % de la rémunération hors salaire des hommes, contre une baisse de 17 % de celle des femmes.

Signes

« La main-d’œuvre de demain est déjà capable de reconnaître les signes de préjugés sexistes qui résident dans les pratiques et les politiques des entreprises. Si elles veulent être en mesure d’attirer et de conserver les meilleurs employés, les organisations devront être transparentes et prendre des mesures proactives afin d’atteindre non seulement l’égalité, mais aussi l’équité salariales », souligne Natalka Haras, conseillère juridique chez ADP Canada.

Perception des travailleurs

Selon les résultats du sondage, 68 % des travailleurs canadiens croient que l’égalité salariale est une priorité aux yeux des gestionnaires de leur entreprise. Cependant, les hommes sont plus susceptibles de croire que leur organisation passe de la parole aux actes, avec 79 % des hommes étant d’avis que leur lieu de travail rémunère les femmes et les hommes de manière égale, contre seulement 67 % des femmes. Les hommes se sont ainsi montrés plus optimistes sur le sujet (53 % contre 40 % chez les femmes).

Congé parental

Malgré la nouvelle prestation parentale partagée instaurée en mars 2019 par le gouvernement fédéral, les femmes canadiennes sont toujours beaucoup plus susceptibles de prendre un congé parental que leurs homologues masculins (42 % contre 16 %).

Dans l’ensemble, ce sont les Québécois qui prennent le plus de congés parentaux : 41,6 % par rapport à 24 % en moyenne pour le reste du Canada.

Autres faits saillants de l’étude :

Les femmes sont beaucoup plus susceptibles d’avoir un salaire avant impôt inférieur à 50 000 $, tandis que les hommes sont beaucoup plus susceptibles de gagner 50 000 $ ou plus.

Les milléniaux sont plus susceptibles que leurs aînés de changer d’employeur s’ils découvrent que leur organisation n’atteint pas l’équité salariale (49 %). Un signal fort que la main-d’œuvre de demain appuiera fermement l’équité salariale dans son milieu de travail.

Les hommes sont plus susceptibles d’être gestionnaires ou dirigeants dans leur organisation (28 % des hommes étaient gestionnaires ou dirigeants, contre 19 % des femmes).

Secteurs

On trouve un plus grand nombre de femmes que d’hommes dans le secteur des soins de santé (19 % contre 5 % d’hommes), tandis que les hommes sont beaucoup plus susceptibles que les femmes de travailler dans les secteurs des technologies/TI (11 % d’hommes contre 4 % de femmes) et de la fabrication (10 % d’hommes contre 3 % de femmes).

Québec

Les Québécois sont les plus susceptibles d’avoir pris un congé parental : 41,6 % par rapport à 24 % en moyenne pour le reste du Canada. Ils sont plus susceptibles de croire que les femmes et les hommes au sein de leur organisation sont rémunérés de manière égale en ce qui a trait au salaire (80 % contre 74 % en moyenne).

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×