30.10.2020
COVID-19 Kristina Michaud s’explique mal l’absence de resserrement aux frontières avec les États-Unis

Kristina Michaud s’explique mal l’absence de resserrement aux frontières avec les États-Unis

La députée d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Kristina Michaud, estime que le gouvernement Trudeau n’est pas allé assez loin dans ses annonces de lundi pour limiter la propagation du coronavirus.

La porte-parole du Bloc Québécois en matière de sécurité publique s’explique mal l’absence de mesures de resserrement aux frontières avec les États-Unis pour les visites non essentielles. « C’est inquiétant, il n’y a aucun contrôle aux frontières terrestres », déplore-t-elle.

Deux nouvelles cliniques de dépistage

Kristina Michaud se dit favorable à la mise en place d’un comité de coordination régional regroupant les élus provinciaux, fédéraux et municipaux et des gens du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS). « Notre rôle est de rassurer et d’informer la population. C’est important que nous véhiculions tous la même information », explique celle qui a confirmé l’ouverture de deux nouvelles cliniques de dépistage pour la COVID-19 ce mardi à Rimouski et à Rivière-du-Loup.

Mme Michaud précisait ce mardi matin qu’il n’y avait toujours aucun cas déclaré au Bas-Saint-Laurent. « La longueur des délais avant d’avoir les résultats laisse présager un ajustement dans les jours à venir. Il pourrait y avoir une explosion des cas ».

« En ce temps de crise, il importe de se serrer les coudes et de suivre les mesures qui sont mises en place par les deux paliers de gouvernement. Nous continuerons d’en réclamer plus afin d’assurer la santé et la sécurité de chacun et chacune d’entre nous ». Mme Michaud appelle également au calme et à la résilience et soutient qu’elle fera tout en son possible pour que personne ne soit laissé de côté, notamment en matière de mesures fiscales de soutien.

Au travail

La députée est au travail dans sa circonscription. « Les façons de faire changent. On travaille plus avec le téléphone, les courriels et les réseaux sociaux pour rejoindre les gens. Je reçois beaucoup de messages de gens qui se questionnent. Mon travail est d’aller chercher l’information et de répondre à ses questions ».

Certains dossiers peuvent aussi avancer en télétravail. « Ça nous permet de passer du temps dans nos comtés. Même si on ne rencontre pas les gens en personne, on peut faire avancer des choses ».

La députée rappelle que ses bureaux de circonscription sont ouverts et disponibles, dans le respect des mesures sanitaires, afin de répondre aux nombreux questionnements de la population, qu’ils soient sur le territoire ou à l’étranger.

Taxes sur l’essence

Parmi les dossiers qui avancent malgré la pandémie, il y a la cueillette d’information sur les impacts du changement des règles concernant les projets municipaux admissibles à recevoir une aide financière du Fonds de la Taxe sur l’essence et la contribution du Québec (TECQ). Les nouveaux critères adoptés par le fédéral ont pour effet de retirer des infrastructures telles que les hôtels de ville, les casernes de pompiers, les garages municipaux et les entrepôts des projets admissibles.

« Dans les plus petites municipalités, les infrastructures proscrites constituent souvent la majorité des bâtiments de la municipalité. Nous avons commencé à recueillir des témoignages de municipalités qui ne pourront pas aller de l’avant avec leurs projets afin de monter un dossier et de la présenter à la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna, afin de revoir les critères. Nous continuons de prendre les témoignages pendant la pandémie afin de bien nous préparer pour la reprise des activités parlementaires », indique Mme Michaud.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×