22.10.2020
COVID-19 Sécurité BSL appelée en renfort pour accentuer le contrôle

Sécurité BSL appelée en renfort pour accentuer le contrôle

-On remarque plus de visites dans les résidences pour aînés, alors qu’il devrait y en avoir moins

La firme Sécurité BSL est assurément une des rares entreprises de Rimouski dont les affaires ne sont pas affectées par la crise du coronavirus.

Mais son rôle change. Le président et directeur général, Daniel Audet, observe un déplacement de son type d’activités, mais il conserve le rythme qui lui permet de maintenir en emploi la totalité de son effectif, soit 115 personnes.

Habituellement spécialisés dans le contrôle des foules, par exemple par la surveillance lors des matches de hockey de L’Océanic au Colisée, lors des festivités des Grandes Fêtes TELUS ou lors des spectacles à la Salle Desjardins-TELUS, les agents de Sécurité BSL sont maintenant affectés à la surveillance des individus dans des édifices publics et privés. C’est à dire notamment au contrôle du respect des mesures de sécurité.

34 ans

L’entreprise bien connue et lancée il y a 34 ans demeure en bonne santé.

« Nous avons des nouveaux contrats mais nous avons des anciens contrats qui sont à la baisse parce que les heures d’affaires ont changé. Ça compense un peu pour le surplus qu’on a, car effectivement, la demande est importante. Puisqu’il n’y a ni cégep ni université, on peut faire travailler tout notre monde. Nous aurions pu manquer de personnel si cela n’avait pas été le cas. En plus, nous avons des gens qui avaient prévu des voyages et qui n’y vont pas, donc, tout ça s’équilibre », confie monsieur Audet.

Évidemment, les agents de sécurité se retrouvent souvent dans le « trafic » et ils ont été mis en garde par la direction. « Tous les employés sont prévenus de suivre les consignes de quarantaine s’ils sont sortis, et les mesures de prévention en général, autant pour eux que pour les autres. »

Maisons d’hébergement

Si plusieurs organismes ou entreprises qui faisaient affaires avec Sécurité BSL ont changé leurs besoins et leurs habitudes, la nouvelle clientèle qui apparaît est celle des résidences pour personnes âgées.

Visiteurs indisciplinés

Daniel Audet n’est pas le premier à le constater mais il y a des individus récalcitrants qui ne suivent pas les consignes. Même dans les résidences pour personnes âgées!

« Le surplus qu’on a, ce sont les maisons d’hébergement. Celle-ci nous demandent d’effectuer le contrôle des visiteurs. Pour faire du mal, les clients nous appellent parce qu’ils réalisent qu’ils ont plus de visites que d’habitude. À la place du monsieur qui va voir sa maman d’habitude, il amène maintenant son frère et sa sœur. Et en plus, ils n’y vont plus une seule fois par semaine. C’est peut-être que les familles sont plus inquiètes, qu’elles font des visites aux personnes âgées en plus grand nombre et plus souvent », estime monsieur Audet.

Intervention respectueuse

« Une intervention d’un de nos agents doit cependant se faire dans le respect. Nous pouvons demander une pièce d’identité à la personne, lui dire qu’elle n’est pas sur la liste des visiteurs. Si on est proche aidant, on pourra passer avec une identification adéquate. On demande aux visiteurs d’appeler pour prévenir de leur visite. Sinon, il se peut qu’on ne leur permette pas de passer. »

24 h sur 24

« Nous avons d’habitude plus de travail la fin de semaine, mais c’est maintenant 24 heures sur 24. Et les gens qui nous appellent, c’est toujours pressant. Tout ferme. Il y a plus d’étudiants et plus de gens qui se retrouvent aux mêmes endroits, n’importe quand. Les visites ne sont plus après l’école ou après le bureau. D’où l’importance de notre présence. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×