27.09.2020
COVID-19 Moments éprouvants pour des employés de l’État

Moments éprouvants pour des employés de l’État

Des employés de la Société des alcools du Québec (SAQ) estiment que leurs conditions de travail sont déplorables alors que cette société d’état demeure accessible malgré la crise du coronavirus.

« C’est pathétique! La SAQ est la vache à lait du gouvernement, alors on semble ne pas se préoccuper des 5 500 employés. Nous sommes les plus exposés à la contamination. J’attends mon rendez-vous de dépistage parce que j’ai des symptômes grippaux. La raison? Je suis en contact avec des voyageurs qui, avant de s’isoler dans leur « quatorzaine », viennent remplir leur panier de produits de la SAQ. Il y a les files d’attente et il y a le fait que tout le monde touche-à-tout qui sont préoccupants. Je suis en beau fusil », confie cette employée qui demande l’anonymat et qui, finalement, est isolée.

On touche à tout!

Des informations qui sont confirmées par la présidente du Syndicat national des employés de magasin et de bureau de la SAQ, Katia Lelièvre : « Nos membres sont très anxieux en succursale. C’est impossible de respecter les deux mètres de distance. Les clients entrent dans la succursale, touchent aux bouteilles, touchent aux frigos, touchent aux paniers, touchent à tout et on n’est pas capable de tenir les lieux propres et aseptisés. Et effectivement, il y a beaucoup de clients, même s’ils le disent moins maintenant, qui nous annoncent qu’ils rentrent de vacances ou de voyage et qu’ils s’en vont en quarantaine. »

« Il y a plein de clients dans les succursales qui ne devraient pas y être et qui devraient demeurer chez-eux. On a même vu un monsieur qui disait dans le journal qu’il était malade, mais qui le lendemain, faisait ses courses et a été vu dans une de nos succursales. »

Anxiogène

« C’est effectivement très anxiogène. On a fait des propositions à l’employeur : on pourrait prendre des commandes au téléphone et les préparer mais on dirait que l’employeur n’est pas du tout au même endroit que les employés. On nous répond que c’est compliqué. Les clients, quant à eux, pourraient demeurer en quarantaine s’ils sont malades. Ils pourraient passer par le web. Je ne sais pas ce qui se passe, mais il y a tellement d’achalandage, qu’on se croirait à Noël », ajoute madame Lelièvre.

« Ça va bien aller »

Hier, le Premier ministre, François Legault, se faisait justement rassurant pour ceux qui vivent des moments d’angoisse.

Il a également tenu à rappeler aux entreprises qu’afin de freiner la propagation de la COVID-19, elles doivent réduire au minimum leurs services et leurs activités non prioritaires.

« Avec plus de 1000 cas confirmés de COVID-19, le Québec est entré dans une nouvelle étape dans sa bataille contre le virus et il est important d’agir vite et avec force pour mettre toutes les chances de notre côté », explique un communiqué du cabinet du premier ministre. 

Réunions de parenté ou d’amis : la pire chose à faire

François Legault a tenu à répéter les consignes de base importantes. Toutes les personnes qui ne donnent pas de services essentiels doivent rester à la maison. En tout temps, il faut garder une distance de deux mètres des autres personnes.

Et si vous allez à la SAQ pour acheter du vin, sachez que « Les soupers avec le beau-frère, les grands-parents ou les amis, c’est la pire chose à faire », a insisté François Legault.

« Je sens beaucoup de solidarité chez les Québécois. Il faut continuer. On doit s’entraider, c’est important », a indiqué monsieur Legault.

« La priorité, c’est d’éviter la contagion. Je sais que ce n’est pas facile, ce qu’on vit, que c’est stressant pour beaucoup de monde. Mais tout ça, c’est temporaire. On est tous ensemble là-dedans. Le Québec est uni comme jamais. On va s’entraider et on va s’épauler. On va passer à travers et ça va bien aller », a aussi déclaré le premier ministre.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×