28.09.2020
Nouvelle de 18 h «La cathédrale n’est pas un simple dossier : c’est une CAUSE!»

«La cathédrale n’est pas un simple dossier : c’est une CAUSE!»

Me Sophie Noël, procureure des marguilliers

La procureure des marguilliers de la Fabrique Saint-Germain Nathalie Leblond, Albert Carré, Victor Lepage et Jean-Charles Lechasseur, Me Sophie Noël, de Québec, se montre convaincue du bien-fondé de la cause qu’elle défend.

Me Noël a pris la relève dans ce dossier de l’avocat rimouskois Edouard Côté, le 13 mars dernier. Elle pratique au sein du cabinet Noël et Gauron de Québec.

En entrevue exclusive au journal le soir, maître Noël soutient qu’elle est une amante du patrimoine et que c’est pour cette raison qu’elle a accepté le dossier de la cathédrale. Elle habite elle-même une maison ancestrale de l’île d’Orléans qui a « pratiquement le même âge que la cathédrale. »

Un ingénieur s’est rendu dans la cathédrale aujourd’hui, pour réaliser le fameux carnet de santé attendu. Me Noël aborde le dossier avec de bonnes intentions, en vue d’obtenir une entente à l’amiable, mais elle reconnaît que les deux parties défendent des intérêts diamétralement opposés.

L’Archevêché

Me Philippe Thibault, de Rimouski, a prévenu, la semaine dernière, qu’un procès s’annonce. Il représente l’Archevêché qui veut faire démettre les marguilliers de leurs fonctions. La Fabrique Saint-Germain est en théorie propriétaire de la cathédrale, fermée depuis plus de cinq ans en raison de sa décrépitude. Un récent jugement donne accès à la cathédrale aux deux parties.

« Depuis que je suis intervenue dans le dossier, on a obtenu certaines choses. On peut faire réaliser le carnet de santé et nous l’aurons rapidement. Je ne sais pas si la partie adverse (l’Archevêché) en fera autant mais de notre côté, c’est en cours. C’est très positif. Nous saurons à quoi nous en tenir et nous allons partager l’information. Nous pourrons avoir un portrait clair et poser des gestes à très court terme », croit Me Noël.

Combien de temps?

« J’ai discuté avec Me Thibault et nos échanges ont été courtois, même si nous défendons des visions très opposées. Il y aura d’autres procédures, c’est certain, mais mon intention, c’est de remettre le dossier sur les rails et de déposer une demande de conférence de règlement à l’amiable. »

« Nous avons un certain retard en raison de la pandémie. Compte tenu de la situation, c’est sûr que les tribunaux ont un certain retard, mais nous allons certainement nous entendre pour demander à la Cour supérieure, dans le District de Rimouski, une date (de comparution) le plus tôt possible. Combien de temps cela peut prendre pour régler le dossier? C’est difficile à dire. Je nous donne un mois ou un mois et demi pour en arriver là. Nous allons être créatifs pour trouver une solution, ça c’est certain », affirme Sophie Noël.

La cathédrale à l’époque où elle était occupée. (Photo: Pierre Michaud-archives)

Sortir la cathédrale de la noirceur

Celle-ci attend le rapport de l’ingénieur qui a visité la cathédrale pour son carnet de santé d’ici une semaine. « À moins qu’on nous dise avoir besoin de vérifications complémentaires », note Me Noël.

« Je n’ai pas l’intention de garder ces informations pour moi. Nous allons les partager et nous allons les diffuser, pour faciliter l’action, essayer de sortir la cathédrale de la noirceur; comprendre ce que ça implique. Il faut qu’on soit capable de gérer quelques revenus, aussi, Il faut avoir du positif. Il faut communiquer avec la Ville, avec les citoyens », explique Sophie Noël, qui dit « adorer Rimouski ».

La cathédrale de Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

« La cathédrale, ce n’est pas un dossier comme les autres : c’est une cause. On devrait tous prendre soin du patrimoine. C’est pour ça que j’ai pris le dossier, parce que je suis très sensible à la sauvegarde du patrimoine. Ce dossier m’a toujours intéressée mais aussi choqué parce que si tout le monde veut sauver cette cathédrale, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas s’entendre et faire en sorte de la conserver. Je pense que mon intervention, même si on se chicane depuis longtemps au sujet de la cathédrale, pourrait permettre de trouver des façons positives de gérer le dossier », confie maître Noël.

Outrés

L’avocate rappelle que ses clients se sont montrés dévoués pour la cathédrale, certains défrayant même des dépenses de leur poche, mais qu’ils ont été outrés des accusations de l’Archevêché, à l’effet qu’ils ne remplissaient pas leurs fonctions adéquatement.

« L’Archevêché a pris la Fabrique Saint-Germain en otage, en ne nommant pas de nouveau président. Nous avons haussé le ton parce que les marguilliers sont blessés dans leur intégrité. On leur dit qu’ils n’ont pas fait ça comme il faut, mais on ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir fait ce qu’ils n’avaient pas le pouvoir de faire, sans les moyens financiers, non-plus. On n’a pas de façon de générer des revenus parce qu’on n’a plus de paroissiens », estime maître Noël.

Arriver à ses fins

« On sent que l’Archevêque a une idée et c’est de faire autre chose avec la cathédrale. Ce n’est pas partagé et il fait tout pour arriver à ses fins. Quand on ne donne pas d’argent, ni d’autres moyens, et qu’on les dépouille de leur droit d’agir, comment voulez-vous qu’ils fassent, les marguilliers, pour s’occuper de la cathédrale? Toute personne « normale » aurait probablement démissionné, à leur place. Ces gens-là ne méritent pas de se faire « bombarder » alors qu’on les a déjà paralysés. »

« Nous avons obtenu l’ordonnance de pourvoir pour faire faire l’expertise de la cathédrale pendant la pandémie, justement parce que je voulais agir rapidement. Le juge a très bien compris ça. Il a aussi dit à l’Archevêché : « nommez un président et faites ce que vous avez à faire. » Nous demandons une lettre à l’Archevêché., que nous n’avons toujours pas reçu, qui viendrait confirmer monsieur Lechasseur (Jean-Charles) comme président de la Fabrique Saint-Germain. Il se passe des choses qui ne sont pas conformes avec la Loi sur les fabriques », conclut Me Sophie Noël.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×