01.10.2020
COVID-19 «On pourrait croire que madame Proulx prépare sa candidature à la mairie»

«On pourrait croire que madame Proulx prépare sa candidature à la mairie»

Le maire Marc Parent répond à ses dénigreurs

Le maire de Rimouski, Marc Parent a répondu ce matin, aux personnes qui se disent mécontentes de ses prises de position des dernières semaines et à la conseillère dissidente Virginie Proulx.

On parle ici principalement des nombreuses critiques dont monsieur Parent a été victime sur sa page Facebook, à la suite de l’achat de masques de protection à l’Isle-Verte, hier, et des commentaires de la conseillère Virginie Proulx, du Bic, qui a manifesté publiquement, mercredi, son désaccord avec l’ouverture démontrée par monsieur Parent sur la levée des barrages qui confinent la région en raison de la crise du coronavirus, lundi prochain.

Madame Proulx a déploré que monsieur Parent eut exprimé son souhait de voir les barrages ouverts selon les directives de la Santé publique, alors que selon elle, il n’aurait pas consulté les autres membres du conseil pour une prise de position commune.

L’affaire des masques

« J’ai reçu plusieurs commentaires extrêmement négatifs à mon égard sur les médias sociaux. J’ai fait quelques vérifications et malheureusement, je n’ai pas été en mesure de trouver un fabricant de masques de protection local. Je considère que j’ai fait un acte d’achat local, plutôt que d’acheter un produit de la Chine. L’Isle-Verte fait partie du Bas-Saint-Laurent et c’est un secteur qui n’est pas économiquement des plus favorisés. »

« Le bon côté de ça, c’est que plusieurs producteurs de masques à petite échelle se sont manifestés et c’est une excellente nouvelle, car la réalité, c’est qu’il va falloir les porter pour un bout, ces masques-là et on va en produire encore plus., Je vous invite à vous en procurer », a d’abord mentionné monsieur Parent, qui a invité les citoyens à se montrer plus respectueux en général.

Se faire rabrouer

« On voit fréquemment des gens qui sont en faveur de la levée des barrages se faire rabrouer sur les médias sociaux, par un groupe de personnes qui veulent le maintien de la fermeture de la région. On l’a vu à mon égard et à l’égard de d’autres. Je préconise le respect. C’est toujours difficile d’avoir des attaques personnelles, mais je pense que ça peut être attribuable au grand niveau de détresse de certains gens qui souhaitent la réouverture. Les commentaires sur les médias sociaux portent souvent atteinte à l’opinion d’autrui », déplore monsieur Parent.

Virginie Proulx

Au sujet de la sortie de la conseillère Proulx, Marc Parent y d’abord est allé de ce commentaire: « Ça fait un minimum de trois semaines que je préconise que la Direction de la Santé publique est la mieux positionnée pour décider de l’ouverture ou non de la région. Jamais les membres du conseil ne m’ont fait part de leur désapprobation. J’invite les journalistes à faire le tour de la des membres du conseil municipal qui pourront vous dire que j’ai discuté avec eux de la position que j’allais défendre. »

« Il faut reconnaître que Virginie Proulx est une femme très intelligente, mais c’est également une femme extrêmement ambitieuse. Certains pourraient sous-entendre qu’elle prépare sa campagne électorale pour la mairie aux prochaines élections », a-t-il ajouté.

Barrage routier

Concernant la réouverture de la région, le maire Parent s’est réjoui de la décision de la Direction de la Santé publique de maintenir la date du 18 mai pour la levée des contrôles routiers.

« En matière de déconfinement des régions, j’ai reçu énormément de commentaires sur ma position. Plusieurs commentaires étaient négatifs mais j’ai reçu également un très grand nombre de commentaires positifs, sous forme de messages privés; de gens qui partagent tout-à-fait mon point de vue. Je veux réitérer le fait que je ne suis pas de ceux qui veulent à tout prix que les barrières soient levées le 18 mai. Ma position est simplement que je fais confiance à la Direction de la Santé publique. J’accueille avec satisfaction toutes les décisions qu’elle prend », affirme monsieur Parent.

Peu importe

« La situation pourrait toujours évoluer. Peu importe que les barrières soient maintenues ou non, des réalités demeurent. Dans le cadre des décrets, mais il est clair qu’il doit y avoir des raisons justifiables de se déplacer d’une région à l’autre. Les mesures sanitaires doivent toujours être respectées. Dans l’éventualité où des propriétaires de résidences secondaires au Bas-Saint-Laurent nous proviennent des régions dites « chaudes » pour la contamination, on suggère fortement une quarantaine de 14 jours. Je soutiens tout-à-fait ce positionnement », conclut-il.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×