26.09.2020
Actualités Économie Rimouski expose sa situation financière

Rimouski expose sa situation financière

Le budget affecté par la crise du coronavirus

La Ville de Rimouski a répondu aux demandes de nombreux citoyens en faisant le point sur ses finances, dans le contexte de la crise du coronavirus, hier soir.

La Ville confirme qu’elle a procédé à une révision budgétaire au 30 avril 2020 afin de quantifier l’évolution du budget municipal dans le contexte de la COVID-19.

« Depuis le 13 mars dernier, la Ville a dû faire des changements majeurs dans la prestation de services aux citoyens et dans l’affectation de fonds pour mettre de l’avant des initiatives directement liées aux directives gouvernementales », explique la Ville, dans un communiqué

« La crise que nous traversons actuellement a demandé des ajustements énormes qui ont mis au défi notre capacité à nous adapter à tous ces bouleversements imprévus. Je suis très satisfait du travail colossal et de la rigueur du personnel de l’administration municipale qui a réussi à ajuster les dépenses en fonction de la perte des revenus. Aussi, je tiens à rassurer la population quant à l’état des finances municipales. Nous avons réussi à maintenir les services essentiels aux citoyens et à faire en sorte que la situation financière de notre ville demeure en équilibre », affirme le maire, Marc Parent dans ce même communiqué.

Diminution de revenus

La Ville projette une diminution de ses revenus de l’ordre de 2,7 M$ sur son budget initial de 90 850 000 $. Sur le plan administratif, la Ville prévoit des pertes de revenus de 1 034 000 $ provenant de la diminution des droits de mutation, du report des échéances de paiement des taxes, de la perte des intérêts sur les placements et de la perte de revenus provenant des amendes et pénalités.

Des diminutions importantes sont également prévues dans les services aux citoyens, tout particulièrement sur le plan des loisirs, de la culture et de la vie communautaire avec, entre autres, la fermeture d’infrastructures et l’arrêt de certaines activités.

La diminution des revenus en provenance de ces usagers totalise 1 684 000 $. Face à ce constat, la Ville dit avoir réussi à diminuer ses dépenses pour absorber la baisse de ces revenus.

Le maire, Marc Parent (Photo: capture d’écran)

Dépenses additionnelles

L’impact de la réouverture partielle de certains de ces services pourrait représenter des dépenses additionnelles encore inconnues et « des décisions seront prises lorsque les directives gouvernementales seront annoncées », précise aussi la Ville.

500 000 $ transférés

Dans ce contexte, pour assurer la poursuite des opérations sans créer de déficit, le conseil a attribué une somme de 503 000 $ en provenance de l’excédent de fonctionnement non affecté (surplus libre) à des interventions engendrées par la COVID-19, dont la suspension du calcul des pénalités et intérêts en lien avec les taxes et comptes à percevoir (313 000 $), la réouverture des camps de jour (83 000 $), la relocalisation de la piste cyclable de la promenade de la mer (27 000 $), la surveillance sur la promenade de la mer (27 000 $) ainsi que la prévention et la protection (53 000 $) en lien avec la COVID-19.

Reconstruction

« Aujourd’hui, nous reconstruisons le budget que nous avons adopté pour l’année 2020 et devons proposer un nouveau modèle de prestation de services aux citoyens. Pour le moment, la situation financière est sous contrôle et nous continuerons d’avoir la même vigilance pour anticiper et adapter les impacts des mesures imposées dans le cadre du déconfinement », estime Claude Périnet, directeur général

Le journal le soir a demandé au maire, à l’issue de l’assemblée du conseil, lundi, si la Ville n’avait pas assez de marge de manœuvre pour investir dans la relance économique locale, notamment pour les bars et les restaurants.

Bas de laine

« Le surplus accumulé sur un budget de 90 M$, on parle d’un surplus accumulé d’environ 4,1 M$. Ce n’est pas beaucoup en termes de marge de manœuvre. Notre bas de laine n’est pas énorme, toutes proportions gardées. La crise de la COVID-19 représente des défis importants », a précisé monsieur Parent.

« Les membres du conseil sont d’avis que la relance passe davantage par des actions ponctuelles, telles que l’orientation qu’on a donné pour les commerces de proximité, comme les restaurants, les bars, les commerces au détail. On veut favoriser des projets qui sortent de l’ordinaire et qui créent de l’ambiance. »

Ajustements

« Ça peut passer par des ajustements réglementaires et plus de tolérance sur certaines choses. L’aide financière passe par les gouvernements fédéral et provincial, qui, eux, ont le droit de faire des déficits, contrairement aux municipalités. On suit la situation des finances de près et on va continuer à assurer un suivi serré. En bout de ligne, au 31 décembre 2020, on devra avoir un budget équilibré », a conclu monsieur Parent.

Conformément à la Loi des cités et villes, une prochaine révision budgétaire en profondeur aura lieu à l’automne, soit avant l’adoption du budget 2021. Les citoyens peuvent consulter la présentation détaillée dans la section de sa page Web intitulée Budget et rapports financiers.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×