27.10.2020
Nouvelle de 18 h Dix questions pour Moisson

Dix questions pour Moisson

Une infirmière à la retraite, accompagnatrice indépendante et bénévole depuis octobre dernier, Suzanne Perron, se questionne sur différents aspects de la gestion du comptoir alimentaire Moisson Rimouski-Neigette.

Comme elle accompagne souvent en voiture des réfugiés qui vont quérir de la nourriture chez Moisson, madame Perron a constaté et entendu différentes choses. Elle a aussi lu des commentaires sur les réseaux sociaux qui semblent aberrants et remplis de préjugés.

Le journal le soir souhaite démystifier les rumeurs et informations non fondées concernant Moisson, en collaboration avec madame Perron qui a dressé une liste de 10 questions pour Moisson Rimouski-Neigette, que voici :

1-Est-il vrai que des employés se servent dans les stocks de nourriture?

2-Comment détermine-t-on les bénéficiaires?

3-Vérifie-t-on les dates de péremption?

4-Est-il normal que l’on retrouve des aliments en canne dont le contenant est endommagé?

5-Comment contrôle-t-on la qualité de la nourriture?

6-Comment expliquer la variation des stocks et de la qualité de la nourriture distribuée entre mars et en avril, comparativement à mai?

7-Arrive-t-il que les marchés d’alimentation donnent à Moisson de la nourriture avariée?

8-La MRC aide Moisson financièrement. Pour quoi faire?

9-Pourquoi accumule-t-on autant de réserves?

10-Comment utilise-t-on la contribution de 4 $ par personne demandée aux bénéficiaires?

Le directeur de Moisson Rimouski-Neigette, Louis Vézina (photo: journallesoir.ca).

Réponses

Voici, dans le même ordre, les réponses du directeur général de Moisson Rimouski-Neigette, Louis Vézina.

1-« Théoriquement, non. Cela pourrait arriver sans qu’on ne le sache parce qu’on ne joue pas à la police et qu’il y a beaucoup de va-et-vient ici. Ce n’est cependant ni toléré, ni accepté, ni encouragé. »

2- « Les bénéficiaires sont déterminés selon leur revenu et avec une preuve d’identité pour démontrer qu’ils proviennent de la MRC Rimouski-Neigette. Avant leur première visite, les candidats sont interrogés. Un dossier est monté. On vérifie si c’est une personne seule, si c’est une famille, combien il y a d’enfants et ainsi de suite. »

3- « Les dates de péremption sont vérifiées systématiquement quand on reçoit toute marchandise. »

4- « Les aliments en canne peuvent être un peu endommagés, parfois, « pokés », comme on dit communément. Les épiceries nous les donnent parce que c’est moins attrayant pour leurs clients, mais ça n’affecte pas la qualité des aliments selon ce qu’on en sait des divers avis de santé publique à jour. Ce n’est qu’une question d’aspect. Cependant, on vérifie si les dommages sur la canne ont causé un trou et si les extrémités dans les joints (NDLR : couvercles) n’ont pas été endommagées ou ouverts. On vérifie tous les contenants. »

5- « On contrôle la qualité de la nourriture en effectuant une rotation de tout ce qu’il y a en stock. On vérifie les dates. On révise régulièrement l’inventaire et ça arrive qu’on doive en jeter. Pour la date de péremption, il faut faire attention, car certains aliments sont toujours bons passé leur date et d’autres, non. Il y a des choses qu’on peut donner un peu plus tard que la date de péremption. On très attentif, mais ça peut arriver qu’on en échappe. »

6- « On est passé de 410 à 610 dépannages par mois. Les inventaires ont baissé, c’est certain. Quant à la qualité de la nourriture, ça reste à démontrer. On peut parfois faire des erreurs, mais le tri est bien fait et je ne vois pas comment on pourrait penser qu’il y a une diminution générale de notre qualité. »

7- « Ça n’arrive pas souvent, mais si ça arrive, on la jette tout de suite. »

8- « La MRC aide Moisson dans le cadre de programmes qui concernent le gaspillage alimentaire. Ces subventions de la MRC nous aident à mieux gérer nos inventaires et à les maintenir. »

9- « On doit avoir un mois de réserves, au minimum, dans nos inventaires, parce que si les approvisionnements baissent dans un mois, on doit y faire face. Il rentre beaucoup de nourriture, mais j’invite les personnes qui s’interrogent à calculer combien il en faut pour nourrir 600 personnes/ménages en un mois. »

10- « La contribution de 4 $ par personne sert à payer nos frais d’administration, notre électricité pour les congélateurs, nous aide à payer notre électricité et les salaires des employés. Ça aide à consolider les finances de Moisson et quand on a besoin de denrées immédiatement, ça sert aussi à ça. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×