02.12.2020
Nouvelle de 17 h Pas de panique pour des résidents du Havre de l’Estuaire, mais un...

Pas de panique pour des résidents du Havre de l’Estuaire, mais un rappel

La détection des deux cas ne semble pas créer trop d’inquiétude

Des résidents et parents de résidents de la résidence pour personnes retraitées Le Havre de l’Estuaire, de Rimouski, réagissent à la découverte de deux cas de COVID-19 dans leur milieu de vie, jeudi.

Les deux cas auraient été asymptomatiques et détectés chez des employés de l’établissement.

Il semble qu’il n’y ait pas trop d’inquiétude chez les résidents, qui apprécient l’intervention rapide de la Direction régionale de la Santé publique, et que cette situation est peut-être un mal pour un bien. Des occupants des lieux ont constaté un relâchement dans les habitudes des résidents, quant aux mesures sanitaires, et le signal d’alarme qu’ils viennent de recevoir est peut-être le bienvenu, après tout.

Christian Girard profitait du beau temps sur sa terrasse quand nous l’avons joint. Il n’était pas particulièrement inquiet, en début d’après-midi.

« Il fait beau, c’est magnifique. Nous ne sommes pas accablés par la chaleur, ici, car il y a beaucoup de fenestration pour faire circuler l’air. Les personnes que j’ai rencontrées aujourd’hui ne semblaient pas particulièrement inquiètes. C’est peut-être un mal pour un bien, car j’ai remarqué qu’on commençait à moins respecter les consignes sanitaires. C’est un rappel à l’ordre. Nous étions tous un peu moins vigilants. De se retrouver dans cette situation a incité la plupart des résidents à monter leur surveillance d’un cran », estime monsieur Girard, un artiste bien connu.

Tests

« Je me suis senti moi-même interpellé quand, à l’occasion, je voyais des personnes additionnelles entrer dans l’ascenseur, alors que nous devons n’être que deux à la fois. Là, on s’occupe un peu plus des consignes. Nous passons les tests de dépistage de la Direction régionale de la Santé publique. Ça pourrait se terminer aujourd’hui. »

« J’y suis allé cet avant-midi vers 11 h 30 et il y avait beaucoup de monde dans la file d’attente, mais c’est maintenant chose faite. On en aura les résultats dans quelques jours. Ça plaît beaucoup aux gens du Havre de l’Estuaire de voir que la DSP a réagi aussi rapidement », confirme monsieur Girard.

« Inévitablement, ça faisait pas mal de temps qu’on était confiné et il y a des gens qui ont envie de prendre l’air », constate-t-il également. Pendant l’entrevue, un responsable est passé à son logement, voir s’il avait bien passé le test. Les contrôles sont rigoureux.

Voyage

Roger Breton rentrait de voyage en caravane motorisée, pour sa part, quand le journal le soir l’a contacté, ce matin.

« Nous venons juste de revenir à la maison. Je n’ai pas eu le temps de voir bien du monde, pour tâter le pouls, mais j’ai passé mon test de dépistage, ce matin, et tout semble normal. Les gens, ici, réagissent bien. Il n’y a pas de panique. Pour notre part, nous avons l’intention de repartir dans notre véhicule motorisé aussitôt que possible », raconte-t-il.

Trouver où et qui

« J’ai parlé à ma tante qui réside au Havre de l’Estuaire, hier soir, et elle ne semble pas inquiète. Elle a cependant très hâte de savoir dans quel département travaillent la ou les personnes porteuses du virus, pour savoir si elle aurait pu être en contact avec elles. Le fait de savoir que la Direction régionale de la Santé publique a pris les choses en main l’a rassurée », témoigne aussi Andrée Laroche.

Le dépistage se poursuit

La conseillère-cadre aux communications du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet-Michaud, indiquait, ce vendredi en fin de journée, que le dépistage des résidents se poursuit directement sur place dans les deux tours. « On devrait avoir testé tout le monde d’ici la fin de la journée ou, au maximum, samedi matin. On devrait avoir les résultats en début de semaine. On parle d’une période de 48 à 72 heures avant d’avoir les résultats. Pour le reste, la situation est similaire à ce qu’elle était jeudi, en fin de journée », précise-t-elle.

(En collaboration avec Alexandre D’Astous)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×