30.10.2020
Actualités Économie Fermeture de l’usine Canboard: le maire « ne l’a pas vu venir...

Fermeture de l’usine Canboard: le maire « ne l’a pas vu venir »

Martin Soucy déplore ne pas avoir été prévenu par Fabritec

La fermeture de l’ancienne usine de Canboard à Mont-Joli a pris de court le maire de l’endroit, Martin Soucy, qui déplore ne pas avoir été prévenu par la compagnie Fabritec.

Ce qui est l’usage dans ce genre de situation, pour une ville ou une municipalité qui accueille une entreprise de cette taille.

Le fabricant d’armoires Fabritec, qui avait été acquise par de nouveaux propriétaires, Sergio Lifraine et Alain Messier, après s’être placée sous la protection de la loi sur la faillite, en novembre dernier. Le « nouveau » Fabritec a annoncé hier la fermeture de son usine de Mont-Joli et la perte de 54 emplois, en raison d’une restructuration administrative. Les opérations sont rapatriées à Bromont.

Monsieur Soucy a appris la fermeture de l’usine par l’entreprise des médias, dont le journal le soir qui a diffusé la nouvelle à 16 h. Il semble que ce fut également le cas pour certains employés, selon ce que nous avons appris ce matin.

« Mes premières pensées vont aux 54 employés qui vont perdre leur poste à la fin du mois d’août. Je l’ai appris via les médias moi aussi. J’ai été surpris de ce qui s’en vient. Ce que j’en comprends, c’est que les nouveaux propriétaires de Fabritec sont en restructuration. Ils ont décidé de se concentrer dans la région de Bromont. C’est certain que 54 emplois à Mont-Joli, ça vaut des centaines d’emplois à Montréal, toutes proportions gardées », confie monsieur Soucy, joint ce matin.

Nouvelle vocation?

« Ça nous donne un coup! On ne l’a pas vu venir; on n’a pas eu d’information en provenance des propriétaires. Je me serais attendu à ce qu’ils m’en parlent et ce n’a pas été le cas. »

Est-ce que la Ville peut faire quelque chose pour une éventuelle relance de l’usine?

« C’est un peu compliqué, parce que les nouveaux propriétaires, lors de la transaction pour l’ancienne Fabritec, n’ont pas acheté le bâtiment mais juste les équipements. L’immeuble appartient encore à Clovis Bourgeois, l’ancien propriétaire qui s’était mis sous la protection de la loi sur les faillites. »

Une relance avait été envisagée

« On m’avait pourtant parlé d’une rencontre ce printemps, pour peut-être parler de la relance de l’usine de Mont-Joli. L’usine était rentable et efficace à ce que j’en sais, mais il faut quand même vendre le produit et c’est peut-être là que le bât blesse. C’est dommage, car Canboard représentait une expertise locale de longue date et la fermeture de l’usine aura sûrement des répercussions indirectes sur l’économie régionale », regrette monsieur Soucy.

Fabritec avait fait l’acquisition de l’usine Canboard de Mont-Joli en 1998.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×