01.10.2020
Nouvelle de 17 h Toute La Mitis et toute la région continuent de dénoncer Air Canada

Toute La Mitis et toute la région continuent de dénoncer Air Canada

Une nouvelle sortie publique des élus et représentants d’organismes de La Mitis et du Bas-Saint-Laurent vient encore condamner la décision d’Air Canada de couper ses liaisons et son service dans la région, entre autres à l’Aéroport régional de Mont-Joli, annoncée mardi dernier.

Réagissant à la décision d’Air Canada de mettre fin à son service dans la région, la Régie de l’aéroport régional de Mont-Joli souligne l’importance de maintenir une offre de services comprenant une large gamme de liaisons afin de soutenir le développement économique et touristique régional.

La Régie dit avoir accueilli « avec stupéfaction et incrédulité la décision d’Air Canada de se retirer de la liste de transporteurs desservant la région et elle entend entreprendre rapidement des démarches, entre autres auprès de Transports Canada, pour éviter une baisse de service à long terme. »

Honteux!

« Nous n’avons pas vraiment été surpris : c’est souvent ce qui arrive quand des services à la population sont privatisés. La priorité n’est plus de servir les citoyens et citoyennes, mais d’enrichir les actionnaires. Reste que compte tenu du nombre de fois où cette entreprise s’est nourrie aux mamelles de l’État, je trouve honteux qu’elle se défile si facilement de ses obligations morales… », soutient Bruno Paradis, président du conseil d’administration de la Régie intermunicipale de l’aéroport régional de Mont-Joli et préfet de la MRC de La Mitis.

Les réactions sont unanimes, tant de la part des élus des différents paliers que des acteurs économiques et touristiques :

« Air Canada a prouvé depuis longtemps qu’elle n’a aucun respect pour les régions du Québec et nous n’avons plus rien à attendre de cette entreprise. Il nous faut maintenant travailler à une alternative québécoise, fiable et à coût abordable. Pour nos régions, pour le développement du territoire et la relance économique, le transport aérien est primordial », lance Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia.

Annonce déplorable

« C’est une annonce déplorable qui va affecter la santé économique de l’Est-du-Québec. Elle est d’autant plus indécente qu’Air Canada, qui possède une liquidité d’environ 10 milliards $, a grassement bénéficié d’une subvention de 780 millions $ d’Exportation et développement Canada (EDC) pour ses opérations, en plus d’avoir profité de la subvention salariale d’urgence », déclare Kristina Michaud, Député de Avignon-La Mitis-MataneMatapédia à la Chambre des Communes.

Offre réduite

« À un moment donné, on commence à avoir tiré sur l’élastique pas mal. Avec l’arrêt des escales à Mont-Joli, Air Canada vient encore une fois réduire l’offre de transport pour les gens de chez nous. Il n’y a pas longtemps, on rétrécissait les horaires de trains, on a une autoroute qui ne se rend même pas chez nous, c’est encore notre économie et notre capacité d’attractivité qui en paient le prix. Le gouvernement du Québec va devoir se réveiller et nous assurer des liaisons aériennes dignes de ce nom et il va aussi falloir qu’il corrige l’iniquité en matière de transport que nous subissons. » Harold Lebel, Député de Rimouski à l’Assemblée Nationale.

La région en a assez!

« Le Bas-Saint-Laurent en a assez de la stratégie d’Air Canada, qui coupe ses tarifs quand apparaît de la concurrence et qui les augmente aussitôt que la piste devient libre. Nous devons passer à une autre étape. C’est pourquoi j’appuie sans condition la démarche de la cellule de crise que viennent de créer la Fédération des Chambres de commerces du Québec, le Réseau québécois des aéroports, l’Union des municipalités et l’Association de l’industrie touristique du Québec. En tant que porte-parole du Bloc Québécois en matière de tourisme, je suis pleinement en accord avec le président de l’AITQ, Martin Soucy : le transport aérien revêt une importance capitale pour attirer les touristes chez nous et cela produit un impact sur tout le Bas-Saint-Laurent. » Maxime Blanchette-Joncas, député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques à la Chambre des Communes.

Table des élus

« Il est paradoxal qu’à l’heure où la région du Bas-Saint-Laurent est consultée pour l’identification de trois projets prioritaires pour assurer la relance économique, qu’Air Canada se retire du marché régional en s’enfuyant avec les compensations financières pour tenir compte de la pandémie! C’est scandaleux, il est grand temps que les forces régionales des différentes régions s’unissent afin qu’une véritable offre de transport aérien abordable prenne forme, il en va de l’occupation effective de l’ensemble de nos territoires et de leur attractivité! », ajoute Michel Lagacé, président de la Table Régionale des Élus Municipaux du Bas-St-Laurent.

Solution?

Selon un communiqué de la MRC de La Mitis, dans l’Est du Québec, les villes de Baie-Comeau, Mont-Joli et Gaspé se retrouvent sans desserte aérienne avec connexion vers Montréal avec cette décision du transporteur, à un moment où la volonté des gens de venir en région n’a jamais été aussi importante en raison de la pandémie. Depuis l’annonce, les élu(e)s de tout l’Est du Québec échangent et échafaudent un plan pour mettre en place une solution qui permettra de non seulement répondre aux besoins de leur population respective tout en mettant en place un service durable à long terme.

 « Avec les discussions que nous avons présentement, nous voyons poindre un projet qui, au final, desservira assurément mieux nos citoyennes et citoyens. En fait, peut-être que cette mauvaise nouvelle en aura été une bonne, le genre de moment ou une population, un territoire reprend en main son développement », ajoute Bruno Paradis.

 À propos de l’aéroport régional Mont-Joli

L’aéroport régional Mont-Joli (YYY) relève de la Régie intermunicipale de l’Aéroport régional de Mont-Joli, laquelle est formée d’élus représentant la Ville de Rimouski et la MRC de Rimouski-Neigette, la Ville de MontJoli et la MRC de La Mitis, la Ville d’Amqui et la MRC de La Matapédia, la Ville de Matane et la MRC de La Matanie.

L’aéroport a une fréquentation d’environ 60 000 passagers par année, répartis entre les quelques 10 000 vols offerts. À l’été 2017, la piste principale a été prolongée à 6 000 pieds. Il emploie 50 personnes.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×