30.10.2020
Nouvelle de 18 h Des personnes qui ne peuvent porter le couvre-visage sont ostracisées

Des personnes qui ne peuvent porter le couvre-visage sont ostracisées

Deux femmes de Rimouski, Nathalie Pinet et Sylvie Marier, dénoncent une lacune importante dans l’application de la mesure sanitaire voulant, depuis samedi, que le public qui entre dans des espaces publics fermés, comme les commerces, porte un couvre-visage.

Elles lancent un cri d’alarme pour toutes les personnes qui comme elles, risquent de se faire « virer de bord » chaque fois qu’elles veulent aller faire une course, parce qu’elles ne portent pas de masque. Elles sont révoltées et réclament une directive claire et publique du gouvernement et de la direction nationale de la Santé publique à ce sujet.

Vendredi, le journal le soir a interrogé le directeur national de la Santé publique,  Horacio Arruda, qui était en visite à Rimouski, à ce sujet. Dr Arruda a répondu que les personnes qui ne peuvent porter un masque n’ont qu’à dire, lorsqu’elles sont refusées à une entrée, qu’elles sont exemptées. « Pas besoin de certificat médical pour ça », a-t-il ajouté.

Horacio Arruda en point de presse à Rimouski, vendredi. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Obligée de raconter sa vie?

« Depuis samedi, je vais dans certains commerces et je constate que les employés et les dirigeants des commerces ne sont au courant de rien à ce sujet. Ça s’est encore produit ce matin, au Wal-Mart de Rimouski. À l’entrée, le directeur adjoint a refusé de me laisser entrer. Il m’a demandé pourquoi je n’avais pas de couvre-visage ni de billet médical. Je me suis mise à trembler de rage. Je me suis dit : « Est-ce que je vais être obligée de raconter ma maladie à toutes les personnes qui refusent de me laisser entrer ? » Où est-ce qu’on est rendu, là? » Ça ne me rentre pas dans la tête! », témoigne madame Pinet.

Rendu loin

« Et le gérant adjoint, après avoir finalement accepté mes explications, a osé ajouter : « Vous allez vous le faire dire par les employés et par les autres clients. Les employés ne sont pas au courant de ça. Ils auraient pu me jeter dehors, même s’ils ont accepté mes explications. Pis en plus, les gens me regardent « croche. » J’ai bien passé au travers du confinement en raison de la crise de la COVID-19, je comprends tous les enjeux sanitaires et habituellement, ça en prend pas mal pour me secouer. Mais là, je trouve qu’on est rendu loin pas mal dans l’intrusion dans la vie des citoyens », ajoute madame Pinet, mécontente.

Sylvie Marier (Photo: courtoisie)

Comme les aînés

« Les personnes qui contrôlent les entrées ne sont pas capables de valider si les personnes sont malades ou non. Au départ de la crise du coronavirus, on s’est fiché pas mal des personnes âgées et on voit où ça nous a menés. On est en train de faire la même chose avec les gens qui ont un handicap physique, respiratoire ou cardiaque. Chaque fois qu’on a une course à faire, on a ça derrière la tête. L’autre problème que ça cause en est un d’ordre financier : est-ce que je devrais engager quelqu’un pour faire mes courses au lieu de les faire moi-même? Me faudrait-il un valet pour faire mes commissions?» s’interroge madame Marier.

« Ça devient tellement loufoque que je me demande si on ne devrait pas faire une bande dessinée avec ça! Depuis le début de la crise de la COVID-19, je trouve ça incroyable ce qui se passe. Il y en a des solutions. Il faudrait nous permettre d’avoir des masques médicaux avec respirateur, mais il semble que le gouvernement les garde tous pour les besoins du réseau de la santé. C’est beau de protéger les gens du secteur de la santé, mais si les personnes qui ont des problèmes respiratoires viennent engorger les hôpitaux, est-ce qu’on sera plus avancé?  », renchérit madame Marier.

Épilogue

En guise d’épilogue à cet article, allons-y avec une autre situation qu’a vécue madame Pinet, ce matin. Arrivée chez Canac, elle rencontre un employé qui lui dit après ses explications qu’il allait prévenir le gérant. La dame est au bout de la ligne avec le journaliste du soir pendant cette attente. Elle craint de se faire réprimander. L’anecdote nous indique que les commerçants se retrouvent aussi « mal pris » que les personnes qui ne peuvent porter le couvre-visage.

« J’avais hâte de voir ce qu’il allait me dire, mais finalement, il s’est excusé », nous confie Nathalie Pinet.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×