13.08.2020
Nouvelle de 17 h L'absence de service de garde force une mère à repousser son retour...

L’absence de service de garde force une mère à repousser son retour au travail

La difficulté de trouver une place en garderie pour son enfant n’est pas un phénomène nouveau, mais la problématique est présentement exacerbée par la fermeture de plusieurs services de garde en milieu familial dans la région en raison de la pandémie de la COVID-19.

C’est notamment le cas pour le couple de Benjamin Grégoire et Emma Larsson, du Bic, qui ne trouve pas de place dans un rayon de 20 km pour leur enfant né en octobre dernier. « Nous nous sommes pourtant inscrits sur le registre du Bureau coordonnateur régional avant même la naissance de notre enfant. Il n’y a aucune place pour notre enfant au Bic, à Rivière-Hâtée ou à Sacré-Cœur. Tous les établissements sont au maximum de leur capacité pour les poupons. On nous répond qu’il n’y aura pas de place avant 2021 », témoignent-ils.

Plusieurs enfants n’auraient pas de place en services de garde présentement. « On nous suggère de trouver des solutions alternatives, mais ce n’est pas évident. Mes parents sont en Suède et ils ne peuvent pas venir en raison de la pandémie. Je vais devoir reporter mon retour au travail prévu le 15 octobre et demeurer à la maison sans revenu malgré l’impact que ça aura sur nos finances », mentionne Mme Larsson.

« On ne trouve absolument rien et on pense déjà aux alternatives. Je crains un énorme problème de société prochainement », ajoute M. Grégoire.

D’autres témoignages de parents mal pris

« Nous sommes des parents de Rimouski qui avons beaucoup de difficulté. Dernièrement, ma conjointe a appelé au moins 40 garderies sans grand succès. Nous avons trouvé trois endroits qui voulaient prendre notre fille, mais les milieux étaient soit dégueulasse, soit de mauvaise réputation et nous avons refusé d’y envoyer notre enfant. Bref, beaucoup de mauvaise expérience dans notre », raconte Maxim Desrosiers.

« J’ai trouvé une place extraordinaire pour mon fils, mais il a dû faire quatre places pour des remplacements en six mois avant d’obtenir sa place à temps plein », signale Maude Lavoie.

« Ma garderie a fermé. Heureusement, ma fille a eu 4 ans alors je l’ai inscrite en maternelle 4 ans dans une autre municipalité que la mienne », mentionne Jessy Therriault, du Bic.

Personne de disponible au bureau coordonnateur

Au CPE l’Aurore boréale, qui abrite aussi le bureau coordonnateur des services de garde dans la MRC de Rimouski-Neigette, on répond qu’il n’y a personne de disponible pour une entrevue ce jeudi et que le directeur général, Simon Dufresne, pourra répondre à nos questions à son retour de vacances, le 17 août.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×