22.10.2020
Nouvelle de 18 h Les promoteurs du dek hockey font des efforts pour ramener l’harmonie

Les promoteurs du dek hockey font des efforts pour ramener l’harmonie

Les entrepreneurs derrière le Centre Sports JMD qui ont construit une surface de dek hockey sur le toit d’un immeuble de la rue Tessier, à Rimouski, tentent de faire leur part pour ramener l’harmonie dans leur environnement.

La décision de la Ville de Rimouski d’adopter une résolution visant à ne plus accepter la construction de surfaces du genre dans ce secteur a suscité beaucoup d’intérêt et de commentaires, dans nos pages, cette semaine.

Des membres du conseil municipal ont précisé avoir reçu des plaintes de citoyens dans deux districts, Saint-Robert et Saint-Germain (dans lequel la surface en question est construite). Le fait que l’installation est en hauteur contribue à favoriser la pollution sonore.

Citoyens regroupés

Un des promoteurs du Centre Sports JMD, Gino Cloutier, a accepté de lever le voile sur certains détails concernant les démarches menées de part et d’autres.

Les promoteurs ont modifié leurs installations, notamment en ajoutant des baies vitrées. (Photo: courtoisie)

« Ce qui s’est passé, c’est que des citoyens se sont vite regroupés pour mettre de la pression sur la Ville et principalement sur les conseillers Jennifer Murray (Saint-Germain) et Jocelyn Pelletier (Saint-Robert). On considère que c’est légitime. Il y a eu la pandémie au printemps et on a organisé nos activités. La première activité a été un tournoi qui a attiré beaucoup de gens, mais il faut considérer que c’était pour une œuvre humanitaire, les Dynamiques de Rimouski. Nous sommes partenaires avec les Dynamiques et nous travaillons sur un projet d’envergure nationale », fait savoir monsieur Cloutier.

La surface étant sur le toit d’un immeuble favorise la propagation du bruit. (Photo: courtoisie)

Ouverture

Le dossier s’est rendu aux plus hautes instances de la Ville. « J’ai eu une conversation avec monsieur Claude Périnet (le directeur général). Nous avons démontré tout de suite de l’ouverture. Nous n’avons aucun problème à discuter avec les gens du voisinage. Il y a beaucoup de gens de la rue de l’Évêché qui se sont plaints. On a constaté que quand on est au niveau du sol, il n’y en a pas, de bruit. On a donc présumé que c’est au niveau de la surface qu’il fallait intervenir. »

Respect et politesse

« Les gens qui veulent de la quiétude ont le droit d’en avoir. Nous adoptons une attitude de respect et de politesse. On a dit à la Ville que nous sommes prêts à rencontrer quiconque en fera la demande. Nous avons donc rencontré une dizaine de personnes mardi dernier avec madame Barrette (Anne, urbaniste), monsieur Charest (Jean, inspecteur) et monsieur Bouillon de la Sûreté du Québec. Nous avons mentionné à ces citoyens qu’il n’était pas nécessaire de s’adresser continuellement à la police pour se plaindre. Ils ont fait preuve d’ouverture. Nous nous sommes engagés à mettre en place des mesures pour atténuer le bruit », ajoute Gino Cloutier.

Trois des quatre actionnaires de l’entreprise: Sylvain Michaud, Gino Cloutier et Guylain Dupuis. Absent: Frédéric Poirier. (Photo: courtoisie)

Mesures en place

« Certaines de ces mesures sont déjà en place, comme une diminution des heures d’ouverture, même si nous ne sommes pas obligés de le faire, pour être de bons citoyens corporatifs. Nous avons réduit nos plages-horaires. La consommation d’alcool n’est plus tolérée ailleurs qu’à l’intérieur du Centre; on assure un contrôle plus serré en collaboration avec les policiers; nous avons sensibilisé nos joueurs. Élément important : il y a cinq ou six individus pour lesquels ce ne sera jamais assez et ceux-ci ont été avisés par la Ville qu’une décision a été prise pour accepter notre projet et qu’on respecte tous les lois et règlements », précise-t-il.

Étapes franchies

Il convient de rappeler que ces promoteurs ont franchi avec succès toutes les étapes demandées par la Ville, notamment sur le plan du zonage. « Et dans la lettre que la Ville a envoyée aux citoyens, il y a un paragraphe clair, net et précis à ce sujet », note Gino Cloutier.

La surface est sur le toit de l’édifice du 204 rue Tessier. (Photo: courtoisie)

« Nous continuerons d’appliquer toutes les mesures possibles pour ne pas déranger nos voisins. Nous avons mis notamment des filets autour de la surface et depuis ce matin, nous installons des baies vitrées. On réalise déjà à quel point ça coupe le son. Nous sommes des gens d’affaires sérieux et nous voulons vivre dans l’harmonie, mais nous avons aussi des droits. Nous ne sommes pas là pour nuire, mais c’est une réalité avec laquelle il faut s’accommoder. Il faut rappeler que Saint-Germain n’est pas un quartier entièrement résidentiel mais aussi commercial », conclut monsieur Cloutier.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×