27.10.2020
COVID-19 Tout est sous contrôle au Centre de services scolaires des Phares

Tout est sous contrôle au Centre de services scolaires des Phares

Pour la rentrée des élèves le 27 août

La directrice générale du Centre de services scolaires des Phares, Madeleine Dugas, apparaît sereine quant aux conditions et aux mesures sanitaires qui entoureront la rentrée scolaire, le 27 août, dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus.

En point de presse virtuel ce matin, madame Dugas a tenu à rassurer les quelque 20 000 parents d’élèves de l’ancienne Commission scolaire des Phares, tout comme les 2 000 personnes qui y travaillent, enseignants compris. Ces derniers seront de retour au travail le 20 août.

Madame Dugas souhaitait donner suite aux propos tenus hier par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui annonçait que le port du couvre-visage sera obligatoire dans les lieux communs, dans les écoles, et que des programmes de télé-enseignement seront disponibles si les élèves ne peuvent pas se présenter en classe.

« Dans nos écoles, avant de quitter le travail pour les vacances, la direction et le personnel se sont mis à pied d’œuvre pour organiser la prochaine rentrée scolaire. Nous souhaitons vraiment que tous les élèves puissent accéder à l’école pour 2020-2021. Ce n’est pas terminé. Il y a encore des éléments à analyser, certains enjeux, je pense entre autres au transport. Ce qui a changé un peu dans le plan de retour à l’école du ministre, c’est que cela ne sera plus nécessaire de diviser des sous-groupes à l’intérieur des classes. On demande maintenant que les élèves soient dans une même bulle classe et n’auront pas besoin de porter le couvre-visage en classe », mentionne madame Dugas.

« Le port du couvre-visage demeure toutefois obligatoire dans les lieux communs et dans le transport scolaire, à partir du troisième cycle, jusqu’au secondaire. Ce sont les élèves qui devront fournir leur masque. Je veux rassurer les parents parce que tout est mis en place. Les déplacements vont se faire de manière aléatoire. Tout a été fait de main de maître pour que nos enfants puissent retourner en classe. Le développement social est primordial et je pense qu’il faut mettre de l’avant tout ce qu’il faut pour nos élèves », poursuit-elle.

Présence et enseignement à distance

« Nous avions la possibilité de partager la clientèle scolaire entre la présence à l’école et l’enseignement à distance, mais nous nous organisons pour que tous les élèves soient présents au retour à l’école. Je veux que les parents soient rassurés de ce côté-là, mais ça ne se fera pas sans changements : changements dans les horaires, changements dans les groupes, etc. »

« Ce sont les enseignants qui vont changer de locaux au lieu des élèves, pour éviter qu’il y ait trop de circulation dans les corridors. Je précise aussi aux enseignants et aux parents qui l’information va suivre, que nous serons très transparents, aussitôt que les décisions finales seront prises », précise la directrice générale.

Étroite collaboration

« Ça s’en vient. Le personnel de direction des écoles est au travail depuis cette semaine. Les enseignants arriveront la semaine prochaine. Tout va être prêt : soyez sans crainte : vous serez informés. Pour nous, c’est primordial. Nous travaillons en étroite collaboration avec la Santé publique. Ce que nous recherchons, c’est un environnement sain et sécuritaire pour nos élèves et tout notre personnel », affirme aussi Madeleine Dugas.

Madeleine Dugas, lors de son point de presse sur la plateforme Zoom, ce matin. (Photo: capture d’écran)

Cette dernière a également précisé que le Centre de services scolaires des Phares a entrepris des démarches pour s’assurer que les parents et les enseignants aient tout le matériel nécessaire pour l’enseignement à distance, au cas où une école devrait être fermée en raison d’une éclosion de COVID-19.

Toute une entrée en scène!

Par ailleurs, la direction et le personnel administratif du Centre auront eu un double défi à relever cette année, puisque nous sommes dans la période de transition suivant l’abolition des commissions scolaires.

« Nous sommes dans une ère de grands changements. Nous avons à créer un conseil d’administration dans les prochains mois. Il est sûr que nous devons mettre les bouchées doubles. Nous devons penser très différemment de ce qu’on était comme organisation, mais une chose demeure la principale priorité, c’est la réussite des élèves. Je crois que les gens qui s’impliquent ont ce point commun, comme nous. Ça va très bien de ce côté. La COVID-19 nous amène à sortir des sentiers battus, à réfléchir différemment et à donner un service différent. Depuis le temps qu’on dit que la technologie doit être partie prenante de notre enseignement, bien là, la COVID-19 est le levier qui va permettre d’accélérer cet enjeu très important en 2020. C’est une occasion de s’adapter », conclut Madeleine Dugas.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×