30.10.2020
COVID-19 Québec dévoilera son système de niveau d’alerte mardi

Québec dévoilera son système de niveau d’alerte mardi

On demande aux citoyens de faire preuve de discipline pendant la fin de semaine de congé prolongé

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a émis une nouvelle mise en garde aux Québécois concernant l’importance de respecter les mesures sanitaires, à la veille d’un long weekend de congé avec la fête du Travail, lundi.

« Il est important de faire quelques mises au point. Tout le monde aime profiter d’un long congé. Les gens font des activités de plein air, on se voit en famille et c’est tout à fait normal de vouloir voir son monde. Mais dans le contexte de la pandémie actuelle -vous allez peut-être me trouver « plate »- il faut redoubler de prudence », affirmait monsieur Dubé dans un point de presse, à 13 h.

Réagir

« J’ai pris l’habitude de présenter des tableaux sur la progression de la courbe de contagion, au cours des dernières semaines. Pour la première fois dans les derniers jours, on remonte au niveau où je vous avais dit qu’on pourrait devoir réagir. C’est comme ça depuis deux jours et pour moi, où on est à plus de 180 nouveaux cas, c’est un niveau d’alerte important. C’est une des raisons pour lesquelles on voulait le faire le point aujourd’hui. On a pu voir une réelle augmentation cette semaine, où on est passé de 60 cas par jour à plus de 180 », déclare le ministre.

« S’il y a plus de cas, il risque d’y avoir plus d’éclosions. Il faut être prudent pour le personnel de la santé et de l’éducation, notamment. Ces éclosions viennent du communautaire. Nous sommes très loin des enjeux de CHSLD présentement. Ça signifie que c’est quand on voit nos familles, quand on fait nos activités sociales, dans nos activités quotidiennes que sont les risques. C’est encore et toujours important d’appliquer les mesures sanitaires que vous entendez depuis des semaines. Je vous donne un exemple : dans un repas où 17 personnes se sont rassemblées à Laval, nous avons 14 cas de contamination », explique monsieur Dubé.

« On a le pouvoir de changer les choses et de diminuer ce nombre de cas. Je vais y revenir aussi souvent que nécessaire : il faut suivre les consignes. Je sais que les gens sont un peu « tannés », mais ça ne me fait rien d’être « tannant » », a-t-il ajouté.

Écoles

Monsieur Dubé soutient que la rentrée des classes s’est bien passée, même s’il y a eu des cas de COVID-19. « On le savait qu’il y aurait des cas et ils ont été bien gérés. Une vingtaine d’écoles (NDLR : dont une à Rimouski) ont été touchées. Dans les 180 cas déclarés aujourd’hui avec des statistiques d’hier, les 20 quelques cas ne sont pas des éclosions, mais des cas uniques qui se sont produits à l’école. Ce sont des élèves ou des professeurs qui avaient déjà la COVID-19 en arrivant à l’école. La Santé publique travaille à enquêter ces cas pour pouvoir aviser les personnes concernées. On a été capable d’éteindre les petits feux qu’il y avait là. »

Les parents et les écoles ont établi une bonne communication selon le ministre, qui remercie les parents qui ont fait preuve d’esprit de collaboration. « Nous nous étions engagés à faire preuve de transparence. Cet après-midi, vers 15 h, nous allons publier une première liste des écoles où il y a au moins un cas. La bonne nouvelle, c’est que les cas sont très limités dans chaque école», a précisé monsieur Dubé.

Niveau d’alerte

Le ministre de la Santé et des Services sociaux a aussi commenté l’information selon laquelle le gouvernement mettra en place un système de niveau d’alerte concernant la propagation du virus. Il y aura un point de presse à ce sujet mardi.

« Je veux être capable d’en parler avec mes collègues et nos partenaires avant d’en faire l’annonce. Notre système de niveau d’alerte, que je compare aux indices d’inflammabilité dans les parcs, sera sur une base régionale et par secteurs d’activité. Je préférerais qu’on n’ait pas besoin de s’en servir », indique-t-il.

Nombre record de tests

La Santé publique a réalisé 17 000 tests, hier, un record, a fait valoir monsieur Dubé.

« Il se peut très bien que les résultats des prochains jours continuent de montrer des augmentations du nombre de cas. Il faut être conscient de ce que ça veut dire. Je dis aux citoyens : surprenez-nous donc, en fin de semaine! Ce serait plaisant qu’on évite des cas comme celui du repas au restaurant cité en exemple tout à l’heure. Il faut vraiment faire attention en fin de semaine. Je sais qu’on est « tannés », mais je voudrais que ce soit un weekend de réjouissances, mais qu’on ait de bonnes nouvelles à annoncer dans les prochains jours », a conclu Christian Dubé.

Les autorités demandent aux organisateurs d’activités d’initiation dans les collèges et les universités de reporter celles-ci.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×