26.10.2020
COVID-19 Legault sonne l’alarme : «il y a une tendance qu’on n’aime pas»

Legault sonne l’alarme : «il y a une tendance qu’on n’aime pas»

Les « irresponsables » recevront des contraventions

Le premier ministre François Legault est monté aux barricades en point de presse, ce matin, et a prévenu les récalcitrants que Québec accentuera la répression contre les personnes qui ne respectent pas les mesures sanitaires pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Ce, alors, que l’on constate plusieurs éclosions de cas dans les dernières heures, notamment au Bas-Saint-Laurent. Alors que ce sont plus les entreprises qui étaient plus tenues responsables, ce seront maintenant les citoyens.

« Depuis maintenant six mois, on a fait beaucoup d’efforts pour lutter contre la propagation du virus. C’est important de dire qu’encore aujourd’hui, il y a une écrasante majorité de gens qui suivent les consignes de la Santé publique, mais malheureusement, il y a une petite minorité de gens irresponsables qui ne suivent pas les consignes. Ces personnes-là mettent à risque beaucoup de choses, entre autres la santé des personnes les plus vulnérables. Ils mettent aussi à risque notre réseau de la santé », a indiqué monsieur Legault.

« C’est le temps de sévir »

« Nous avons eu des augmentations, huit de plus hier et huit de plus aujourd’hui, mais il y a une tendance qu’on n’aime pas. On ne peut pas accepter que quelques individus irresponsables menacent toute notre société au Québec. C’est le temps de sévir, entre autres dans les commerces. On avait commencé par la persuasion, par la responsabilisation, mais là, je vous annonce qu’à compter de samedi, nous allons donner des amendes aux citoyens qui ne respectent pas les consignes volontaires. On parle surtout des masques », a ajouté le premier ministre.

Exposés

« Les personnes qui vont dans des lieux publics intérieurs  comme les commerces et les autobus se verront exposés à recevoir une amende. Ça va s’appliquer sur tout le territoire du Québec, mais on demande aux corps de police de se concentrer surtout dans les zones jaunes, dans celles où il y a plus de cas. Je comprends que ce n’est pas agréable, mais je le répète, je pense qu’on doit être solidaires. C’est vrai que les plus jeunes sont moins exposés aux conséquences graves de la COVID-19, mais si ces plus jeunes rencontrent des personnes vulnérables, ce peut être très grave », comment monsieur Legault.

« Le virus fait des dégâts. Nous avons réussi à réduire le nombre de décès de façon importante au cours des derniers mois, mais il y a quelques décès récemment, une centaine de personnes hospitalisées et quelques dizaines aux soins intensifs. Ce n’est pas vrai que quelques personnes irresponsables vont venir menacer tout ça », tranche le premier ministre.

Ni confinement ni fermetures

Celui-ci a précisé que la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Geneviève Guilbault, travaille avec la Santé publique, avec les corps de police et avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DCP) pour faire en sorte que l’émission des rapports d’infraction soit rapidement suivie des amendes. Elle doit présenter un point de presse à ce sujet au cours des prochains jours. On connaîtra alors le montant des amendes.

Le premier ministre n’envisage pas de revenir au confinement et à des fermetures pour l’instant. « La situation est encore sous contrôle, mais il y a une tendance qu’on n’aime pas. »

On songe aussi à intervenir en ce qui concerne les rassemblements.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×