27.10.2020
Actualités Politique Les Jeunes libéraux demandent une meilleure application de la loi 101

Les Jeunes libéraux demandent une meilleure application de la loi 101

Lors de son dernier conseil des présidents régionaux, la Commission-Jeunesse a adopté plusieurs positions afin de protéger la langue française au Québec.

Parmi les débats, les Jeunes libéraux ont demandé l’application de la loi 101 à toutes les entreprises de compétence fédérale, ainsi que son respect dans toutes les PME de 49 employés et moins.

« Il est important que chaque Québécoise et Québécois puisse travailler et communiquer en français au travail, s’il le souhaite. Les travailleuses et travailleurs ne devraient pas être discriminés alors qu’ils maîtrisent la seule langue officielle du Québec. Lorsqu’une entreprise opère au Québec, elle doit offrir un environnement de travail en français », affirme la présidente des Jeunes libéraux, Frédérique Lavoie-Gamache.
Sensible au recul du français

La Commission-Jeunesse est sensible au recul du français au Québec dans les dernières années, particulièrement à Montréal en milieu de travail, et reconnaît que des actions sont nécessaires pour assurer sa survie et sa vitalité. Elle exige également une application de cette loi aux contrats de travail, entrevues d’embauche, conventions collectives, formations en milieu de travail, ainsi que dans les communications avec l’employeur.

Parallèlement, la Commission-Jeunesse souhaite réitérer les droits des communautés anglophones du Québec d’obtenir des services dans leur langue maternelle.

Plateformes web en français
Parce que le combat pour la protection et la valorisation du français se trouve maintenant tout autant en ligne qu’en personne, la Commission-Jeunesse souhaite voir l’application de la loi 101 aux plateformes en ligne accessibles au Québec.

« Les plateformes web qui offrent leurs biens et services au Québec doivent assurer l’accessibilité de leurs dites plateformes pour les personnes souhaitant naviguer en français. Il est important que le Parti libéral, ainsi que le gouvernement mettent des pressions en ce sens », demande Frédérique Lavoie-Gamache. 

La Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec demande aussi une réforme des cours primaires et secondaires en français, en consultation avec les professeurs et acteurs du milieu, pour permettre un meilleur apprentissage de notre langue officielle.
  

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×