27.10.2020
Actualités Éducation Grève générale illimitée dans les services de garde

Grève générale illimitée dans les services de garde

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) annonce le déclenchement de la grève générale illimitée de ses 10 000 membres en milieu familial régi et subventionné partout au Québec.

La CSQ précise que c’est en raison du refus du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, de confier le calcul de la subvention des Responsables en services éducatifs en milieu familial (RSE) à un arbitre qu’elle lance ce mot d’ordre. Un point de presse avait lieu devant l’Assemblée nationale, ce matin.

Médiation

De son côté, Québec penche pour la nomination d’un médiateur. « Pour se donner tous les moyens d’arriver à une entente de principe avec la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) et devant l’écart important qui sépare les parties dans cette négociation, le gouvernement du Québec a demandé au ministre du Travail de nommer un médiateur pour dénouer l’impasse, comme le prévoit la Loi sur la représentation. Le gouvernement souhaite tout tenter pour éviter aux parents de subir les conséquences d’une grève générale illimitée qui constituerait un stress supplémentaire pour les familles du Québec en cette période de pandémie », a annoncé le Cabinet du ministre de la Famille.

Rappelons que les personnes responsables d’un service de garde en milieu familial (RSG) ne sont pas rémunérées à l’heure, mais qu’elles reçoivent plutôt une subvention par jour d’occupation.

« La FIPEQ-CSQ a fait le choix de parler d’une rémunération basée sur un taux horaire pendant les négociations, bien que cela ne soit pas prévu à la Loi sur la représentation », soutient le ministère.

Dépistage de la COVID-19

Par ailleurs, La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) s’étonne que le gouvernement Legault n’ait toujours pas convenu d’une voie rapide de dépistage pour les travailleuses et les enfants du réseau des services de garde éducatifs à l’enfance.

« Pour faire face à la deuxième vague de la pandémie, la FSSS-CSN réclame une procédure accélérée de test et un corridor de service dédié pour les CPE et les services de garde en milieu familial. Cet accès privilégié au dépistage, pourtant prévu au Plan d’action prévu en cas de deuxième vague, se fait toujours attendre. Ce secteur critique doit être mieux protégé, sans quoi des éducatrices seront en isolement pour une période plus longue que nécessaire, alors que l’on constate déjà une pénurie de personnel. Pour maintenir l’offre de services de garde aux parents, il faut pouvoir compter sur le maximum possible de personnel », mentionne la FSSS-CSN.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×