Actualités Faits divers Il y a 31 ans, 14 femmes étaient assassinées à l’École Polytechnique...

Il y a 31 ans, 14 femmes étaient assassinées à l’École Polytechnique de Montréal

En ce dernier jour des Journées d’action contre la violence faite aux femmes, la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, tient à souligner la commémoration de la tuerie survenue à l’École Polytechnique de Montréal il y a 31 ans.

« En cette journée de commémoration, qui marque également la fin des Journées d’action contre la violence faite aux femmes, il est de notre devoir de nous souvenir. Profitons de cette occasion pour nous engager à dénoncer la violence et à lutter contre celle-ci. Encore en 2020, les femmes demeurent les principales victimes de toutes les formes de violence. Cette situation ne peut être tolérée dans notre société québécoise, au sein de laquelle la valeur de l’égalité entre les sexes est primordiale. Je veux souligner le courage de toutes les personnes qui ont perdu une personne parmi leurs proches, qui ont été blessées ou qui ont été témoins de la tuerie le 6 décembre 1989 et pour qui cette journée de commémoration est particulièrement douloureuse. Assurons-nous que toute cette souffrance n’a pas été vaine. Trente et un ans plus tard, nous devons poursuivre le travail afin que notre société soit plus juste et sécuritaire pour toutes les femmes », souligne la ministre Charest.



Rappelons que le 6 décembre 1989, Mmes Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault et Annie Turcotte ont été assassinées pour l’unique motif qu’elles étaient des femmes.

Rappelons que que parmi les victimes, il y a Sonia Pelletier, de Saint-Ulric, en Matanie. Un parc porte d’ailleurs son nom dans cette municipalité.


Un devoir de mémoire

« En ce 6 décembre, nous devons continuer de nous souvenir de la tragédie de Polytechnique. Nous devons nous rappeler qu’il y a maintenant 31 ans, 14 femmes ont été assassinées parce qu’elles étaient des femmes. Nous avons un devoir de mémoire envers elles, mais aussi un devoir d’action. Nous avons beaucoup avancé en trois décennies, mais nous avons encore du chemin à faire. Nous devons continuer le travail pour prévenir et combattre toutes les formes de violence contre les femmes pour qu’une tragédie comme celle-là ne se reproduise pas. Aujourd’hui, tout le Québec se souvient », déclare le premier ministre du Québec, François Legault.



« La date du 6 décembre 1989 a marqué pour toujours l’histoire récente du Québec.  Nous avons le devoir de nous souvenir de ces 14 brillantes jeunes femmes qui ont été fauchées en plein envol. Nous avons le devoir de nous souvenir du vide qu’elles ont laissé dans la vie de leurs familles et de leurs proches. Aujourd’hui, je pense à ces 14 jeunes femmes, mais je pense aussi à toutes celles qui aspirent aux plus hauts sommets et je les encourage à ne jamais renoncer », lance la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann.



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×