Nouvelle de 17 h Pas d’inquiétude à avoir : la saison de ski approche

Pas d’inquiétude à avoir : la saison de ski approche

Les consignes créent un peu de confusion

Des skieurs et planchistes ont craint à tort, en fin de semaine, que la prochaine saison soit annulée en raison des nouvelles contraintes imposées par le passage de quatre MRC au niveau d’alerte rouge, en ce qui concerne la propagation du coronavirus.

Le journal le soir a appris qu’un message demandant aux gens d’aller chercher leurs équipements dans les casiers situés dans les chalets des stations a fait croire à des habitués que la saison était annulée. Il s’agit seulement ici de fermer les aires communes pour éviter la contamination, mais pas de fermer des stations!



Trois des quatre stations de la région Bas-Saint-Laurent situées dans le territoire couvert par le journal le soir sont affectées par les contraintes du passage au niveau rouge, le Parc du Mont-Comi, dans La Mitis, Le Mont-Castor, dans La Matanie, et Val d’Irène, dans La Matapédia.

Mont-Saint-Mathieu


Le parc du Mont-Saint-Mathieu, dans Les Basques, appliquera aussi des mesures de précaution, mais dans une moindre proportion, car sa MRC est toujours au niveau orange qui comporte moins de restrictions. Les trois stations touchées par le palier d’alerte rouge adopteront sensiblement les mêmes mesures.

« Toutes les stations de ski peuvent opérer, sauf qu’il y a plus de contraintes pour les stations en zone rouge. Chez nous, la dernière bordée de neige a fait du bien. C’est plaisant de voir le sol blanc. Nous n’avons pas encore pris de décision pour annoncer la date d’ouverture, mais nous comptons le faire dans les prochains jours », signale le nouveau directeur général du parc du Mont-Saint-Mathieu, Éric Verreault.



Mont-Comi

« Il y a des gens qui ont un peu mal compris, mais la saison est toujours en préparation et ça se passe plutôt bien. Nos ventes ont été bonnes, même s’il y a quelques demandes de remboursement. Pour les restrictions, ce sont justes les espaces de casiers qui ne seront pas disponibles. Le bâtiment principal demeure accessible aux skieurs et planchistes, mais pour des périodes limitées à 15 minutes, le temps de se réchauffer ou d’aller aux toilettes. Il n’y aura pas de service de bar ni de restauration et on ne pourra pas y prendre son lunch. Nous évaluons cependant les possibilités pour offrir des repas sur commande en formule « take out »», explique Jérôme Roussel, du parc du Mont-Comi, à Saint-Donat.


« Nous allons être fixés bientôt pour le début de la saison de glisse. Il y a eu beaucoup de neige en fin de semaine. Il en manque encore un peu, mais ça ne devrait pas tarder. Je dirais que nous pourrons faire une annonce d’ici une semaine ou deux », précise monsieur Roussel.

« Si on reste dans la zone rouge, la principale différence sera à l’extérieur, dans les télésièges. Les personnes d’une même famille pourront utiliser ensemble les remonte-pentes, sinon, ce sera une personne à la fois. Ça va avoir un impact sur les files d’attente dans les remontées mécaniques », constate aussi monsieur Roussel.

Val d’Irène

Le parc régional de Val-d’Irène est situé à Sainte-Irène, dans La Vallée de La Matapédia, aussi en zone rouge. Une nouvelle directrice générale, Lise Tremblay, succède à Germain Barrette.

« Il y aura bien du ski malgré la zone rouge, mais pas de service de cafétéria ni de service de bar. Dans les télésièges, les gens qui habitent sous le même toit pourront utiliser la même chaise. On respectera les bulles. Sinon, une personne seule montera toute seule. Il faudra respecter les mesures de distanciation dans la file d’attente. On aura accès à l’intérieur du chalet comme un refuge, pour 15 ou 20 minutes. Nous allons nous assurer d’une rotation aux tables pour désinfecter et que tout le monde puisse en profiter de manière équitable », précise madame Tremblay,

« Difficile de faire des prédictions pour l’ouverture de la saison. S’il n’y avait pas eu de redoux la semaine dernière, nous aurions probablement eu assez de neige avec celle de la dernière fin de semaine. Cela complique un peu les données. Nous effectuons des vérifications. On peut penser que ça ira d’une semaine à l’autre. On vous promet des annonces incessamment », conclut la directrice générale de Val-d’Irène.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×