Actualités Économie Faciliter l'intégration et la rétention de la main-d'œuvre dans la construction

Faciliter l’intégration et la rétention de la main-d’œuvre dans la construction

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, souligne la prépublication à la Gazette officielle du Québec des modifications réglementaires adoptées par le conseil d’administration de la Commission de la construction du Québec (CCQ) qui visent à contrer la rareté de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction.

Cette prépublication, pour une période de 45 jours, permettra de recueillir les commentaires des acteurs de l’industrie. Si elles sont adoptées, ces modifications permettraient de faciliter l’intégration d’une main-d’œuvre détenant une expérience de travail pertinente et d’accélérer le cheminement des apprentis vers le statut de compagnon, tout en assurant la qualification et la compétence des travailleurs. De plus, ces modifications permettraient d’offrir un apprentissage en alternance travail-études à de futurs travailleurs inscrits dans un programme de formation professionnelle.



Les modifications réglementaires proposées concernent deux règlements découlant de la Loi sur les relations de travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction. Il s’agit du Règlement sur la délivrance des certificats de compétence et du Règlement sur la formation professionnelle de la main-d’œuvre de l’industrie de la construction.

Études et sondages


Les changements ont été élaborés par la CCQ, à la suite d’une étude et de sondages, et ont été entérinés par son conseil d’administration, avant d’être soumis au gouvernement en vue de leur adoption.

« La rareté de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction est une problématique qui a été largement documentée. Plusieurs entreprises y sont confrontées, et ce, dans toutes les régions du Québec. Le gouvernement du Québec constate une effervescence accrue dans l’industrie depuis plusieurs années. De plus, avec l’ambitieux plan d’investissements dans les infrastructures de notre gouvernement, la demande de main-d’œuvre sera très forte dans les prochaines années. Afin de répondre aux attentes des Québécoises et des Québécois, il ne faut donc pas ménager d’efforts quant à l’intégration et à la rétention de main-d’œuvre dans l’industrie », commente le ministre Jean Boulet.




Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×